Inotsitol (vitamine b7)

L’inositol, est une molécule organique cyclique constituée de 6 atomes de carbones, composant essentiel des phospholipides. On l’appelle parfois vitamine B7 à tort. Synthétisé par le corps humain, il ne peut appartenir à la famille des vitamines. Découvrons les usages de cette molécule qui joue un rôle très important dans la transmission des signaux cellulaires …

Origine

Il existe neuf isomère de l’inositol dont le plus courant est le myo-inositol. Il entre dans la structure des membranes cellulaires et aide à optimiser les fonctions vitales du corps.
L’inositol dans le corps humain a été identifié il y a plus de 150 ans et le myo-inositol a été isolé en 1850, puis purifié en 1887.
C’est ensuite dans les années 1940 que le chercheur Posternak a déterminé les 9 isomères d’inositol.
S'il est souvent associé aux vitamines du groupe B, l’inositol peut être synthétisé par l’organisme à partir du glucose, ce qui le différencie des vitamines qui ne peuvent, par définition, pas être synthétisées par l’organisme en quantité suffisante pour sa survie.

Sources Alimentaires

L’inositol se trouve naturellement dans quelques aliments. Les meilleures sources d’inositol sont le foie et le coeur de boeuf. On en trouve également dans la viande de bovin et de porc.
Côté végétaux, ce sont les oléagineux (noix fraîche, noisettes), les légumineuses (lentilles, haricots rouges), les céréales complètes (avoine, blé, germe de blé, sarrasin, orge) et certains fruits (oranges, pamplemousseq, fraises) et légumes (choux-fleur, petits-pois) qui sont les sources les plus intéressantes d’inositol.

Conseils d’utilisation

L’apport journalier n’a pas été officiellement déterminé dans la mesure ou l’inositol n’est pas vraiment une vitamine.
Les dosages recommandés varient significativement en fonction des indications à la prise d’inositol.
On trouve des compléments alimentaires à base d’inositol sous forme de poudre ou de capsules, généralement dosées à 500 mg d’inositol.

Effets secondaires et contre-indications

Carlomengo et Unfer, deux scientifiques ayant étudié les effets de l’inositol sur la fertilité, en ont aussi recherché les éventuels effets secondaires. Il en est ressorti que même à très forte dose, ses seuls effets sont des troubles digestifs légers (nausées, flatulences et diarrhée) mais qu’en grande majorité, les traitements à l’inositol sont parfaitement tolérés.
En l’absence d’étude sur le sujet, les femmes enceintes et allaitantes devront demander l’avis de leur médecin avant d’entreprendre une cure d’inositol.

Lise Lafaurie - Diététicienne et nutritionniste

Lise Lafaurie

Diététicienne et nutritionniste, bonne vivante et décomplexante j'ai pour vocation de dépoussiérer la vision austère et vieillotte de la diététique traditionnelle. Auteur du blog Les Frites Vertes, la devise qui m'est chère "si c'est bon pour mes papilles, c'est bon pour mon corps".