Actée à grappes

Cette plante médicinale qui pousse dans les plaines d’Amérique du Nord était très utilisée déjà à l’époque des Amérindiens. On la trouve actuellement dans de nombreuses préparations utilisées pour combattre les troubles liés aux menstruations ou à la ménopause. Focus sur cette plante bienfaisante !

Origine

Cette herbacée vigoureuse pouvant atteindre deux mètres de hauteur, friande des sols humides et des emplacements ombragés, pousse essentiellement en Amérique du Nord (Canada et Etats-Unis). Ce sont les aborigènes amérindiennes qui furent les premiers à l’utiliser à des fins médicinale, pour traiter les afflictions féminines et atténuer les douleurs liées à l’accouchement. Ils l’appelaient Herbe de serpent à sonnettes en raison de ses capsules granifères qui produisent un son proche de celui du serpent à sonnettes lorsque le vent souffle et les agite.
La plante a été rapidement adoptée par les colons européens et incluse dans la pharmacopée américaine.
En 1875, elle entre dans la composition du Lydia Pinkham's Vegetable Compound, une composition très populaire utilisée pour soulager les symptômes prémenstruels.
Au début du XIXè siècle, la médecine américaine l’utilise en gynécologie ainsi que pour soulager l’arthrite et les rhumatismes.
Les médecins allemands utilisent l’actée à grappe au milieu du XXè siècle en traitement d’hormonothérapie naturel pour les femmes ménopausées.

Les principes actifs

Ce sont les racines et le rhizome de l’actée à grappe qui sont essentiellement utilisés en phytothérapie. Les principes actifs majoritaires sont les glycosides de triterpène, l’acide fukinolique, les tanins (isoflavones) ainsi que des acides phénolcarboxyliques.
On a longtemps pensé que ces principes actifs avaient un mécanisme d’action proche de celui des hormones féminines (oestrogènes), mais des études récentes révèlent que c’est un autre mécanisme qui est, en fait, à l’oeuvre.

Conseils d’utilisation

L’actée à grappe se présente sous plusieurs formes.

  • Les comprimés d’extraits normalisés, souvent de 20 mg comprenant 1 mg de principe actif (déoxyactéine qui appartient aux glucosides triterpéniques). On préconise alors 1 à 2 comprimés 2 fois par jour.
  • En teinture mère (à 60%) : 0,5 à 2 ml par jour sont recommandés.
  • En racine et rhizome séchés : on peut aller jusqu’à 40 mg par jour.



Il faut compter 4 à 6 semaines d’utilisation pour ressentir les résultats, d’où l’importance de poursuivre assidûment la cure même en l’absence de résultats les premières semaines.

Effets secondaires et contre-indications

Les effets indésirables occasionnels peuvent être : des troubles gastro-intestinaux, des sensations de lourdeurs dans les jambes, des maux de tête, des étourdissements, un gain de poids ou des spasmes.

En cas de fatigue anormale, de jaunisse ou d’urines de couleur sombre, il est souhaitable d’interrompre le traitement et de consulter un médecin.

Il y a eu une suspicion de toxicité hépatique dans plusieurs pays mais selon des experts du National Center for Complementary and Alternative Medicine, aucun lien de cause à effet n’a été établi. En 2010, une analyse de 69 cas de toxicité du foie attribués à l’actée à grappe conclut qu’aucun de ces cas n’a pu être causé directement et uniquement par la consommation de la plante.

Sa consommation est en outre déconseillée en cas d’hypotension ou de bradycardie, ainsi qu’en cas de traitement hypotenseur.

Lise Lafaurie - Diététicienne et nutritionniste

Lise Lafaurie

Diététicienne et nutritionniste, bonne vivante et décomplexante j'ai pour vocation de dépoussiérer la vision austère et vieillotte de la diététique traditionnelle. Auteur du blog Les Frites Vertes, la devise qui m'est chère "si c'est bon pour mes papilles, c'est bon pour mon corps".