Acide hyaluronique

Le nom de cette glycosaminoglycane est familier de toutes les femmes en quête de jouvence, et pour cause, l’acide hyaluronique est une star en cosmétique anti-âge ! Focus sur cette molécule hydratante qui a de nombreuses cordes à son arc …

Origine

Son nom vient du grec halos (qui signifie vitreux) + uronique (pour sa haute teneur en acide uronique) car il a initialement été isolé de l’humeur vitrée située dans la cavité oculaire.
L’acide hyaluronique est naturellement présent dans notre corps, en particulier dans nos yeux, mais aussi dans la peau et dans nos cartilages. Mais sa quantité décroit fortement avec l’âge, si bien qu’on estime qu’à 50 ans, notre stock est divisé de moitié !
Sa dégradation pourrait être accélérée par la production de radicaux libres dans l’organisme et sous l’action des rayons UV du soleil.
Le corps d’une personne de 60 kg contiendrait l’équivalent de 12 g d’acide hyaluronique dont près de la moitié serait situé dans la peau.
C’est en 1934 que la structure chimique de l’acide hyaluronique a été déterminée par Karl Meyer et John Palmer, alors qu’ils étudiaient le corps vitrée d’un oeil de boeuf.
Dans les années 80, la science se penche sur l’effet cicatrisant de cette molécule, grâce à son caractère hygroscopique.

La synthèse de l’acide hyaluronique est d’abord faite par extraction de crête de coq, après broyage, traitement chimique et purification.
Le premier produit médical à base d’acide hyaluronique date des années 70 et servait à certains actes de chirurgie ophtalmique (cataracte, transplantation de cornée…).
Aujourd’hui, l’acide hyaluronique vendu dans le commerce provient de la fermentation de bactéries bacillus subtilis.

Sources Alimentaires

L’acide hyaluronique n’est pas présent en tant que tel dans l’alimentation, mais certains nutriments peuvent booster sa synthèse et d’autres l’inhiber.
Parmi les aliments à consommer pour favoriser la synthèse d’acide hyaluronique :

  • les fruits et légumes riches en antioxydants (béta-carotène, vitamine C, D ou E, lycopène …) : carottes, tomate, agrumes, kiwi, potiron, mangue, patate douce …
  • Les herbes aromatiques riches en calcium et vitamine C : persil, coriandre, menthe …
  • Les aliments riches en magnésium : céréales complètes, légumineuses (lentilles, pois-chiches …), les oléagineux (noix, amandes, noisettes …), les graines (tournesol, lin, sésame, courge …), certains fruits (banane, avocat, abricots …)
  • Les aliments riches en silice : avoine
  • Les viandes blanches et maigres



Les aliments à limiter car diminuent la production d’acide hyaluronique :

  • Les produits sucrés, qui favorisent la glycation et le vieillissement de la peau : sucre, confiseries, confiture, sodas, jus de fruits industriels …
  • Les viandes grasses et charcuteries, riches en graisses saturées
  • Les aliments à base de farine raffinées (biscuits, biscottes, pâtes blanches …)

Bienfaits et vertus

Préserver la jeunesse de la peau

L’acide hyaluronique a une formidable action hydratante puisque chaque molécule est capable de fixer plus de 1000 fois son poids en eau, à la manière d’une éponge ! Les compléments alimentaires d’acide hyaluronique servent ainsi à maintenir d’hydratation de la peau et à favoriser sa bonne élasticité, garante de son aspect jeune et pulpeux.
L’acide hyaluronique est par ailleurs capable de favoriser la synthèse de collagène dans les couches profondes de la peau.
Sous forme de cosmétiques (crèmes, masques, sérum …) son action complète efficacement la prise par voie orale, en agissant sur les couches superficielles de la peau pour hydrater et lisser les ridules.

Réhydrate les yeux secs, traite les irritations de la cornée

Les gouttes d’acides hyaluronique reconstituent l’humidité de la cavité oculaire et favorisent la production de larmes, ce qui les rend très efficaces pour soigner les yeux secs.
Elles sont également utilisées en médecine ophtalmiques pour traiter les lésions oculaires ou favoriser la cicatrisation après une intervention chirurgicale (cataracte, greffe, décollement de rétine …).

Prévention du cancer

Une étude menée en 2013 à l’université de Rochester à New York1, a montré l’effet anti-anticancéreux de l’acide hyaluronique chez certaines espèces animales, notamment le rat-taupe.

Traiter l’arthrose du genou ou lubrifier les articulations douloureuses

L’acide hyaluronique est présent dans les os et en particulier dans les cartilages. Il relie les tissus, articulations, tendons et le cartilage hyalin et il produit le liquide synovial qui aide les articulations à absorber les chocs.
Il est ainsi fréquemment utilisé en complément pour traiter les douleurs liées à l’arthrose ou en injections pour soulager les douleurs chroniques.

Posologie

Pour une cure par voie orale, on préconise généralement 200 mg par jour, répartis en deux prises de 100 mg, de préférence au cours des repas. L’acide hyaluronique est souvent associé à un complexe antioxydant pour compléter son action : selenium, vitamine C et E, vitamine B2, béta-carotène … Ces complexes aident ainsi à réduire le stress oxydatif, principal facteur du vieillissement cellulaire.

Effets secondaires et contre-indications

Lorsqu’ils sont obtenus par fermentation naturelle, les compléments alimentaires à base d’acide hyaluronique sont considérés comme sûrs. Il y a par ailleurs très peu d’effets secondaires répertoriés à la suite de cure.
Les femmes enceintes, allaitantes et les enfants devront cependant éviter d’entreprendre un traitement d’acide hyaluronique.

En cas d’inflammation aiguë des tissus et en cas de cancer, il n’est pas souhaitable de suivre une cure d’acide hyaluronique sans avis médical.

Référence

1. Tian X, Azpurua J, Hine C, Vaidya A, Myakishev-Rempel M et al. High-molecular-mass hyaluronan mediates the cancer resistance of the naked mole rat. Nature 499:346-349, 2013.