Ortie (Urtica diocia)

La grande ortie appelée également Ortie commune est une plante herbacée vivace utilisée depuis la nuit de temps pour ses nombreuses qualités médicinales. Découvrons ensemble les mille et une vertus de cette plante urticante, bête noire des promeneurs en culotte courte …

Origine

Le nom latin Urtica vient de Urere qui signifie « brûler », et Dioica (dioïque en français) se dit des espèces dont les fleurs unisexuées mâles et femelles sont portées par des pieds différents.
Cette plante vivace aux tiges droites et aux feuilles dentelées serait utilisée depuis la préhistoire comme légume. Il semblerait même qu’il y en ait eu des cultures à l’âge de pierre !
Puis, à l’Antiquité, l’ortie commune était véritablement vénérée. Dioscoride fait des décoctions de graines d’ortie dans du vin et vante ses vertus aphrodisiaques. L’ortie est à cette époque également utilisée en expectorant avec du miel ou en cataplasme contre les plaies gangréneuses.
Puis, au Moyen-Âge, Sainte Hildegarde vante les mérites des graines d’ortie contre les maux d’estomac, la plante contre l’angine et les sucs frais contre les plaies enflammées et les douleurs articulaires.
Au XVIII ème siècle, l’ortie était utilisée fraîche et en botte en flagellation pour soulager les membres atteints de rhumatismes. En médecine Ayurvédique (Inde), l’ortie est employée pour traiter les hémorragie utérines, les saignements de nez, l’eczéma et autres éruptions cutanées.
Ce sont traditionnellement les parties aériennes de l’ortie (feuilles) qui sont utilisées à des fins médicinales, l’utilisation des racines ne datant que de 1980.

Atouts Nutritionnels

L’ortie, en plus d’être une plante médicinale, est une véritable plante légume aux nombreuses qualités nutritionnelles. Elle fait même partie des légumes à la plus haute densité nutritionnelle !
L’ortie est, en effet, un véritable cocktail de minéraux et de vitamines, avec près de 6 fois plus de vitamine C que l’orange, des vitamines du groupe B à foison, de la vitamine E et de la pro-vitamine A (béta-carotêne) antioxydante.
L’ortie est également l’un des végétaux les plus riches en protéines (8g/100g dans les feuilles) qui sont aussi bien assimilées par l’organisme que des protéines animales.
L’ortie commune est enfin une excellente source de fer, de calcium (4 fois plus que dans le lait!), de magnésium, de zinc et de manganèse.
Cette formidable teneur en nutriments essentiels fait ainsi de l’ortie un véritable super-aliment, au même titre que les baies de goji, les graines de chia ou le gingembre. Qui a dit « mauvaise herbe » ?

Bienfaits et vertus

L’ortie est une planque tonique aux très nombreuses vertus et usages médicinaux.

  • Anti-inflammatoire, les feuilles d’ortie sont très utilisées pour lutter contre les douleurs rhumatismales, l’inflammation des voies urinaires et l’arthrite.
  • Détoxifiante et diurétique, elle augmente l’excrétion de l’acide urique, ce qui la rend efficace pour lutter contre les crises de goutte ou les calculs rénaux
  • Astreingeante et hémostatique, l’ortie aide à diminuer le flux mentruel, les saignements de nez et les diarrhées.
  • Dépurative et anti-microbienne, elle est très efficace pour guérir les dermatoses de type psoriasis, dartres, acné, prurit, eczéma ou enflures.
  • Hypoglycémiante, elle aiderait à réguler le taux d’insuline pour les personnes à la glycémie limite ou en prédiabète.
  • Antiallergique : l’ortie a des propriétés anti-histaminique ce qui la rend efficace en prévention des allergie. Une étude à double insu menée sur 69 patients allergiques a montré une amélioration des symptômes de la rhinite allergique. Elle est également efficace pour assécher le mucus pulmonaire et traiter les bronchites d’origine asthmatiques.
  • Apaisante, elle soulage les articulations douloureuses, favorise la mobilité et la souplesse.
  • Minéralisante, son exceptionnelle teneur en vitamines, protéines et minéraux et en particulier en calcium, font de l’ortie une alliée précieuse des os et des cartilages.

Posologie

L’ortie peut être consommée en cure, avec une prise quotidienne sur plusieurs mois.

En poudre, on recommande 2 cuillères à café par jour.
En nébulisat (100 mg/gélule), 2 gélules à chaque repas.
En jus frais de plante : 5 à 10 ml trois fois par jour.

L’ortie peut également être consommée sous forme de tisane ou d’infusion :

  • de ses racines : faire bouillir 1,5g de poudre de racine dans une tasse d’eau froide, infusée pendant 10 minutes
  • de ses feuilles séchées : 3 cuillères à soupe dans 500 ml d’eau bouillantes, infusées 5 minutes.

On trouve aussi de l’extrait mère ou de la teinture mère d’ortie. La posologie est alors indiquée par votre pharmacien.

Effets secondaires et contre-indications

Les personnes souffrant d’oedème par rétention due à une insuffisance rénale ou cardiaque, devront éviter la prise d’ortie sous forme de cure. L’ortie à forte dose, serait susceptible d’entraver l’efficacité de certains médicaments tels que les diurétiques, anti-inflammatoires, les anti-coagulants, les sédatifs et certains traitements contre l’hyper-tension. Aucun cas d’interaction de ce type n’a cependant été déplorée jusqu’à présent.

En externe, tout le monde s’est une fois dans sa vie frotté à des feuilles d’orties et en garde probablement un souvenir désagréable. En effet, l’ortie est une plante urticante du fait de ses poils faits de silices qui se brisent au moindre contact avec la peau, délivrant de l’acide formique.