Carnosine

La carnosine est une molécule issue de la digestion des viandes. Découvrons les vertus et les modes d’action de ce complément alimentaire très prisé …

Origine

La carnosine est naturellement présente dans l’organisme, en particulier au niveau du coeur, du muscle squelettique et du cerveau. Ce dipeptide est une combinaison naturelle de deux acides aminés : l’alanine et l’histidine.
Elle a été identifiée par le biochimiste Russe Vladimir Sergeevich Gulevich à la fin du XIXè siècle à partir des muscles de mammifères. C’est ensuite le Dr Sergey Stvolinsky qui se penche sur cette molécule au début des années 2000 découvrant son action sur la durée de vie des cellules.
La carnosine a depuis fait l’objet ces dernières années d’un intérêt tout particulier de la science et a été au centre de nombreuses études à travers le monde (en Corée, Grande-Bretagne, Russie …).
Son taux dans l’organisme décroit au fil du temps, de 63% entre l’âge de 10 ans et l’âge de 70 ans. Cette baisse est notamment responsable du relâchement cutané et de la fonte musculaire liés à l'âge.

Sources Alimentaires

La carnosine est le plus souvent présente dans le muscle des mammifères et donc dans la viande.
On la trouve en grande quantité dans le fessier de cheval (616 mg/100g), dans la poitrine de dinde (538 mg/100g), dans la longe ou l’épaule de porc (466 mg/100g), dans la côte de boeuf (379 mg/100g), dans le poulet (290 mg/100g), dans la dinde (240 mg/100g).
Les produits de la mer en sont quasiment dépourvus : anguille (2 mg/100g) et homard (1 mg/100g).
La carnosine n’est présente qu’à l’état de traces dans les aliments d’origine végétale, ce qui limite fortement les apports des personnes végétariennes et plus encore vegans, qui risquent d’être plus sujets au manque de carnosine.

Conseils d’utilisation

Il n’y a pas d’apports recommandés pour la carnosine qui est naturellement synthétisée par l’organisme, bien que sa production se tarisse significativement avec l’âge.
Par ailleurs, il semblerait que nous ne soyons pas tous égaux en terme de besoins, certains en « utilisant » plus que d’autres.
Il est néanmoins convenu qu’une supplémentation en carnosine, pour être efficace, doit en apporter entre 500 et 1200 mg par jour en une à trois prises.
Les personnes végétariennes, vegans et diabétiques ont également des besoins accrus.

Effets secondaires et contre-indications

La prise de carnosine, dans le respect des quantités recommandées, n’a causé pour le moment aucun effet secondaire.
Le NMCD (Nutrition, Metabolism & Cardiovascular Diseases) déconseille cependant sa prise aux femmes enceintes et allaitantes en l’absence de données disponibles pour évaluer son innocuité.
Il semblerait, en revanche, que la carnosine puisse interagir négativement avec certains médicaments ou suppléments à base de plante ayant un effet hypotenseur.
Il est alors conseillé de demander l’avis de son médecin traitant avant d’entamer une cure de carnosine.

Lise Lafaurie - Diététicienne et nutritionniste

Lise Lafaurie

Diététicienne et nutritionniste, bonne vivante et décomplexante j'ai pour vocation de dépoussiérer la vision austère et vieillotte de la diététique traditionnelle. Auteur du blog Les Frites Vertes, la devise qui m'est chère "si c'est bon pour mes papilles, c'est bon pour mon corps".