Boldo (Peumus boldus)

Le Boldo ou Peumus Boldus en latin, est une plante à feuilles persistantes originaire du Chili. Ses feuilles, au fort arôme boisé, sont utilisées depuis la nuit des temps à des fins culinaires mais surtout médicinales. Découvrons les vertus du Boldo …

Origine

Cette plante de la famille des Nominiaceae pouvant atteindre jusqu’à 6 mètres de haut, est originaire des régions côtières du Chili. Ses feuilles très parfumées sont utilisées depuis des millénaires en Amérique du Sud, et d’après des fouilles archéologiques, les premiers usages culinaires et médicinaux de ses feuilles remonteraient à près de 12 500 ans ! On lui prêtait alors des vertus carminatives et analgésiques.
Si son usage est ancestral en Amérique Latine, il ne s’est démocratisé dans le reste du Monde et notamment en Europe qu’au XIXè siècle, par les colons européens qui adoptent quelques uns de ses usages traditionnels attribués par les indigènes.
Au Brésil, la plupart des foyers possèdent un plan de boldo pour un usage phytothérapique.
Au Quebec, le boldo est une des 20 plantes médicinales les plus proposées par les phytothérapeutes, herboristes ou naturopathes.

Principes actifs

Les feuilles de boldo contiennent des alcaloïdes, dont le plus abondant est la boldine. La boldine est un alcaloïde cholagogue, ce qui signifie qu’elle stimule la sécrétion de bile et facilite son évacuation jusqu’à l’intestin. Elle est aussi hépathoprotectrice et est couramment utilisée pour traiter les calculs biliaires.
Les feuilles de boldo contiennent environ 2% d’huile essentielle, riche en composés monoterpéniques, tels que le limonène, le pinène, le linalol, le cineol ou encore le camphre.
Le boldo contient également des polyphénols et notamment de la catéchine antioxydante.

Bienfaits et vertus

Favoriser la digestion

Le boldo est à la fois cholérétique (stimule la sécrétion de bile), cholagogue (favorise son élimination) et antispasmodique. Il est indiquée en cas de digestion douloureuse et difficile (dyspepsie), de troubles hépatiques ou encore de constipation.
L’Agence Européenne des Médicaments (EMA) et l’ESCOP (Coopérative Européenne et scientifique de phytothérapie) reconnaissent l’usage du boldo pour faciliter la digestion et soulager les douleurs digestives.
Une étude française de 19911 met en évidence l’effet hépatoprotecteur de la boldine et une étude chilienne de 19972 montre les effets positifs de la boldine sur les colites aiguës.

Antioxydante et anti-inflammatoire

La boldine est un puissant antioxydant aux effets anti-inflammatoires et relaxants sur les muscles lisses intestinaux. Elle protège par ailleurs les tissus contre l’action peroxydante des radicaux libres, comme le montre cette étude chilienne datant de 19963.

Troubles urinaires

La boldine est légèrement diurétique et antiseptique, ce qui la rend efficace pour lutter contre les cystites, infections urinaires mineures ou affection des voies urinaires causées par une infection.
Les alcaloïdes et les flavonoïdes contenues dans les feuilles de boldo sont aussi antipyrétiques, ce qui signifie qu’elles agissent contre la fièvre en abaissant la température corporelle.

Posologie

Le bodo peut être utilisé de différentes façons en fonction de l’effet recherché.

En infusion, elle est efficace pour soulager les douleurs intestinales ou stomacales. On recommande de faire infuser 1 à 2 g de feuilles dans 300 ml d’eau pendant une dizaine de minutes.

En poudre pulvérisée ou encapsulée, on la conseille pour traiter les troubles hépatiques ou urinaires. On recommande alors entre 200 mg et 1 g avant chaque repas.

En extrait fluide, on conseille 0,1 à 0,3 ml trois fois par jour, et en teinture mère, 0,5 à 2 ml trois fois par jour.

On recommande quoiqu’il arrive de ne pas dépasser 3 g de boldo (poudre ou feuille) par jour.

Effets secondaires et contre-indications

La cure de boldo est contre-indiquée en cas de lithiase biliaire avec calculs. D’une manière générale, toutes les pathologies du foie et de la vésicule biliaire doivent faire l’objet d’un suivi médical avant d’entreprendre des cures de compléments alimentaires.

Les femmes enceintes, allaitantes, ainsi que les enfants en bas âge devront éviter de consommer du boldo.

La boldine étant un alcaloïde, il est recommandé de respecter les doses usuelles. Des doses très élevées de boldo peuvent provoquer des convulsions ou avoir un effet neuroleptique.

Enfin, la boldine peut être allergisante. En cas d’allergie, la consommation de boldo est bien sûr formellement déconseillée

Référence

1. M. C. Lanhers, M. Joyeux, R. Soulimani, J. Fleurentin, M. Sayag, F. Mortier, C. Younos and J. M. Pelt, Hepatoprotective and anti-inflammatory effects of a traditional medicinal plant of Chile, Peumus boldus. Planta Med.57, 110–115 (1991).
2. Gotteland M, Jimenez I, Brunser O, Guzman L, Romero S, Cassels BK, Speisky H 1997. Protective effect of boldine in experimental colitis. Planta Med 63: 311-315.
3. Bannach R, Valenzuela A, Cassels BK, Nunez-Vergara LJ, Speisky H. Cytoprotective and antioxidant effects of boldine on tert-butyl hydroperoxide-induced damage to isolated hepatocytes. Cell Biol Toxicol. 1996 Apr;12(2):89-100. PMID 8738478