Bioflavonoïdes

Il existerait plus de 4000 variétés de bioflavonoïdes dans le règne végétal, autrefois appelés vitamine P. Puissants antioxydants aux multiples actions, ils font partie des trésors de l’alimentation qu’il convient de consommer quotidiennement. Où les trouve t’on? Quelles sont leurs propriétés? On vous dit tout …

Origine

C’est en 1936 que le scientifique hongrois Albert Szent-Gyorgyi découvre par hasard les bioflavonoïdes (appelés aussi flavonoïdes) en essayant de traiter un patient souffrant d’une fragilité capillaire. Il isole du citron un facteur nommé citrine qui a la capacité d’accroître la résistance capillaire en diminuant sa perméabilité. Il la nomme ainsi vitamine P, pour « perméabilité ».
On s’aperçoit plus tard que cette vitamine n’en était pas une, car sa carence n’entrainait pas de symptômes particulier. De vitamine P, elle devient « flavonoïdes ».
Ces flavonoïdes sont souvent des pigments responsables de la couleur des fruits, du rouge au jaune en passant par le violet. Ils peuvent être des chalcones, des aurones, des flavonols ou des anthocyanosides.
Les flavonoïdes servent aussi aux plantes de protection contre les rayons UV du soleil ou contre l’attaque des pathogènes ou des insectes. On les trouve pour cette raison en grande concentration dans la peau ou les couches extérieures des plantes, fruits et légumes, d’où l’intérêt de ne pas les éplucher avant consommation, lorsque c’est possible.

Sources Alimentaires

Les flavonoïdes sont présents dans les fruits et légumes colorés. Les plus connus sont :

La quercetine, que l’on retrouve abondamment dans les câpres, les oignons rouges et les pommes, et dans une moindre mesure dans le raisin, le vin rouge, les petites baies (bleuet, groseille, canneberge …), les cerises, les brocolis, les agrumes et le thé.

Les citroflavonoïdes concentrés dans les agrumes comme leurs noms l’indiquent, et particulièrement dans l’écorce, d’où l’utilité d’utiliser le zeste en cuisine.

Les anthocyanines, présents dans les mûres, l’aubergine, les cerises, les framboises, les prunes et dans les myrtilles.

Les flavanediols, abondant dans la noix de cajou, la cacahuète, le cacao ou le raisin.

Les flavonoïdes sont concentrés en périphérie des aliments, au niveau de la peau ou juste en dessous, il est donc judicieux de peler le moins possible les fruits et les légumes avant de les consommer.
De même, ces antioxydants sont à la fois thermosensibles et hydrosolubles, ce qui signifie qu’ils sont détruits à haute températures et qu’ils fuient dans l’eau de cuisson.
On privilégiera donc les fruits et légumes crus, et les cuissons douces, à la vapeur ou à l’étouffée dans un faible volume d’eau.

Bienfaits et vertus

Protection contre les maladies cardio-vasculaires

C’est au début des années 90, lors de la mise en évidence du paradoxe français, que les recherches sur les flavonoïdes commencent vraiment. Suite à la constatation que les français du sud-ouest souffraient moins de maladies cardio-vasculaires malgré une alimentation très riche, l’explication est trouvée dans les flavonoïdes du vin rouge, mais aussi des fruits et légumes colorés.
Une revue réunissant les données épidémiologiques et cliniques récentes sur le sujet1, conclue à des effets bénéfiques de la plupart des flavonoïdes sur la santé cardiovasculaire.

Prévention du cancer du poumon et du pancréas

C’est la quercétine, naturellement présente dans l’oignon, l’ail, les pommes, les câpres et les myrtilles, qui, consommée régulièrement, réduirait chez les fumeurs les risque de cancer du poumon. Une étude2 suggère par ailleurs que cette quercétine pourrait réduire chez les hommes les risques de cancer du pancréas.

Régule la tension artérielle

Une étude menée à l’école de médecine du Mont Sinaï à New York3 émet l’hypothèse que les personnes victimes d’hypertension artérielle présentent de faibles taux de flavonoïdes. L’étude révèle qu’effectivement une supplémentation en flavonoïdes est capable d’abaisser la tension pour la réguler.

Traitement des allergies

C’est de nouveau la quercétine (oignons, ail, agrumes, câpres …) qui aurait la capacité d’inhiber la libération d’histamine responsable des crises d’allergie. Elle agit donc comme un antihistaminique naturel, capable de réduire les symptômes d’allergie saisonnière, d’allergies alimentaires et même les réactions asthmatiques.

Soulage les varices

Ce sont les oxérutines, dérivés de la rutine (type de flavonoïde), qui ont fait l’objet de recherches sur leur rôle dans l’insuffisance veineuse et donc les varices.
Une méta-analyse de 19944 conclue à l’efficacité de ces oxérutines pour soulager les symptômes de l’insuffisance veineuse. En 2010, une étude anglaise5 confirme l’utilité de certains dérivés de flavonoïdes (diosmine et oxérutine) pour améliorer la circulation du sang et soulager le gonflement des jambes et les douleurs de l’insuffisance veineuse.

Posologie

Les compléments alimentaires riches en flavonoïdes sont le plus souvent à base d’huiles essentielles de pépins d’agrumes, riches en hesperidine et en rutine. Ils peuvent se présenter :

  • en extrait liquide, généralement dosés à 1g de bioflavonoïdes pour 100 ml : prendre alors 20 gouttes trois fois par jour

  • En comprimés de 500 mg : à prendre deux fois par jour.


Dans le cas de l’éxorutine à prendre en prévention d’un vol, on préconise 1 à 2 g par jour pendant 3 jours, en débutant le traitement 2 jours avant le départ.

Effets secondaires et contre-indications

Les femmes enceintes, allaitantes, les enfants ainsi que les personnes souffrant de troubles de la coagulation sanguine ou traitées aux anticoagulants sont invités à demander un avis médical avant d’entreprendre une cure.

Références

1. C. Morand Intérêt des aliments riches en flavonoïdes pour le maintien de la santé cardio-métabolique Médecine des maladies Métaboliques Volume 8, numéro 5, pages 477-482 (octobre 2014).
2.Bobe G, Weinstein SJ, Albanes D, Hirvonen T, Ashby J et al. (2008) Flavonoid intake and risk of pancreatic cancer in male smokers (Finland). Cancer Epidemiol Biomarkers Prev 17: 553-562.
3. Moline J, Bukharovich IF, Wolff MS, and Phillips R. Dietary flavonoids and hypertension: Is there a link? Med Hypotheses 2000; 55:306—9
4. Poynard T, Valterio C. Meta-analysis of hydroxyethylrutosides in the treatment of chronic venous insufficiency. Vasa. 1994;23:244-250
5. Gohel MS, Davies AH: Pharmacological treatment in patients with C4, C5 and C6 venous disease, Phlebology 25(Suppl 1): 35–41, 2010.

Bioflavonoïdes - Nos produits en contenant

Lise Lafaurie - Diététicienne et nutritionniste

Lise Lafaurie

Diététicienne et nutritionniste, bonne vivante et décomplexante j'ai pour vocation de dépoussiérer la vision austère et vieillotte de la diététique traditionnelle. Auteur du blog Les Frites Vertes, la devise qui m'est chère "si c'est bon pour mes papilles, c'est bon pour mon corps".