01 88 40 09 80 du lundi au vendredi de 9h30 à 12h30 et de 14h à 18h

Desmodium

  • Sommaire

Cette vivace herbacée qui ne pousse que dans les régions tropicales de globe est connue pour être l’alliée de notre foie, trop souvent agressé par l’alcool, le tabac ou encore les médicaments. Que contient cette plante ? Comment agit-elle ? Quels sont tous ses bienfaits ? On vous dit tout !

Origine

Le desmodium est une plante grimpante dont la particularité est de s’enrouler autour des palmiers à huile ou des cacaoyers, c’est d’ailleurs ce qui lui vaut son nom latin desmodium (desmos = lien) adscendens (ascension). Hautes d’une cinquantaine de centimètres, les feuilles du desmodium ressemblent à s’y méprendre à celles d’un trèfle et ses fleurs, petites et mauves, deviennent après floraison de petits haricots recouverts de poils (surnommés cousins) qui s’accrochent aux animaux ou aux pantalons des promeneurs pour être disséminés dans la nature.
Originaire d’Afrique de l’Ouest, sa culture s’est étendue à l’Amérique Latine vraisemblablement avec l’arrivée des premiers esclaves, puis dans les zones équatoriales humides et au Pacifique, où il est largement utilisé en médecine traditionnelle.
Alors qu’au Cameroun il sert à traiter les troubles du foie, au Ghana, le desmodium est réputé pour traiter les problèmes de peau (eczéma) et les allergies respiratoires et en Amérique Latine, il fait partie des traitements de base contre les convulsions, la malaria ou encore l’épilepsie.
Ce n’est qu’au courant des années 70 que le desmodium est introduit en France par le docteur Pierre Tubéry et sa femme Anne-Marie Tubéry, provoquant l’engouement des chercheurs scientifiques. Ils mettront rapidement en évidence ses propriétés hépato-protectrices.

Principes Actifs

Les différents principes actifs que l’on retrouve dans les parties aériennes (tige, feuilles) du desmodium et dans les traitements phytothérapiques sont : des flavonoïdes (dont la vitexine), des alcaloïdes d’isoquinoline, des acides gras, des saponosides, des anthocyanosides et des dérivés de la tryptamine.

Bienfaits et vertus

Les bienfaits du desmodium

Hépato protecteur

C’est pour son action sur le foie qu’il est le plus connu, et c’est ce qui lui vaut son surnom de « plante alliée du foie ». Il agit en augmentant la résistance des cellules du foie lors d’inflammations toxiques (intoxication médicamenteuse) ou infectieuses (infection virale aigüe ou chronique) ou en cas d’insuffisance hépatique. Il permet ensuite le retour à la normale des transaminases (enzymes dont le taux augmente lors de lésions cellulaires) et enfin il agit sur la régénération des cellules hépatiques lésées.
Il est souvent proposé en accompagnement des chimiothérapies, pour en atténuer les effets secondaires. La plante est reconnue par l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l’Alimentation (ANSES) comme un hépato-protecteur mais n’est pas encore inscrite à la pharmacopée française.
Une étude Belge de 20131 a étudié l’activité anti hépatotoxique du desmodium sur des lésions hépatiques chez le rat et est arrivé à la conclusion suivante : « La décoction aqueuse de D. adscendens a montré un effet protecteur chez le rat contre les dommages au foie induits par la D-galactosamine et l’éthanol ».

Antiasthmatique et antiallergique

Alors que les praticiens du Ghana utilisent les feuilles de desmodium depuis des siècles pour lutter contre l’asthme, il a été depuis démontré que le desmodium inhibe l’action de l’histamine sur les muscles lisses et diminue la constriction des voies aériennes et des poumons. Plusieurs études123 ont montré que le desmodium avait une action relaxante sur le tissus pulmonaire et qu’il améliorait la bronchoconstriction.
Enfin, le desmodium contribuerait également à traiter les crises d’allergies brutales telles que les crises d’asthme, l’œdème de Quincke ou encore certaines allergies alimentaires.

Décontractant

Son action sur les muscles lisses rend le desmodium utile en cas de contracture musculaire, de courbatures, de crampes ou de spasmes musculaires. Il est également utilisé lors de l’accouchement ou en post-partum pour atténuer la force des contractions utérines ou encore lors de convulsions ou d’épilepsie.

Posologie

La dose prescrite de desmodium dépend de son mode de consommation.
La posologie usuelle pour une personne adulte moyenne (60 kg) est :

  • 8 à 10 g de plante sèche en décoction aqueuse (dans 1 à 1,5 L d’eau bouillante pendant 15 minutes)
  • 10 g de plante sèche en extrait concentré
  • 1350 mg par jour d’extrait sec aqueux du totum de la plante
  • De 20 ml/jour d’extrait liquide à 50/1

Pour les troubles hépatiques, la posologie usuelle doit être prise pendant 2 à 8 semaines en fonction du retour à la normale des paramètres biologiques.
En traitement de l’asthme ou des allergies, la dose conseillée peut être augmentée jusqu’à 20 g de plante sèche par jour ou équivalent et l’efficacité maximum n’est atteinte qu’au bout de 3 semaines de traitement, attention donc à ne pas l’arrêter précocement.
Enfin, pour prévenir les effets secondaires liés à la chimiothérapie, la prise de desmodium doit débuter 2 jours avant et se poursuivre au moins 10 jours après la séance.

Effets secondaires et contre-indications

Aucun effet secondaire sérieux n’a été signalé suite à la prise de desmodium. Seuls quelques troubles digestifs légers (nausées, diarrhée) ont occasionnellement été répertoriés.
Par mesure de précaution, la prise de desmodium est toutefois déconseillée aux femmes enceintes et allaitantes.

Références

1. MAGIELSE, J. et al. 2013. Antihepatotoxic activity of a quantified Desmodium adscendens decoction and d-pinitol against chemically-induced liver damage in rats. Journal of Ethnopharmacology. 146, 1 (Mar. 2013), 250–256.
2. ADDY, M.E. and BURKA, J.F. 1990. Effect of Desmodium adscendens fraction 3 on contractions of respiratory smooth muscle. Journal of Ethnopharmacology. 29, 3 (juillet 1990), 325–335.
3. ADDY, M. E. & BURKA, J. F., 1988, Effects of Desmodium adscendens fractions on antigen-and arachidonic acid-induced contractions of guinea pig airways. Can. J. Physiol. and Pharmacol., 66: 20-825.
4. ADDY, M. E. & AWUMEY, E. M. K., 1984, Effects of the extracts of Desmodium adscendens on anaphylaxis. J. Ethnopharmacol., 11: 183-192.

Lise Lafaurie - Diététicienne et nutritionniste

Lise Lafaurie

Diététicienne et nutritionniste, bonne vivante et décomplexante j'ai pour vocation de dépoussiérer la vision austère et vieillotte de la diététique traditionnelle. Auteur du blog Les Frites Vertes, la devise qui m'est chère "si c'est bon pour mes papilles, c'est bon pour mon corps".