D-mannose

Le D-Mannose est un sucre simple, à la structure très proche du glucose. Il est secrété en toute petite quantité par notre organisme, et il tapisse le tractus urinaire. Découvrons cette molécule récemment utilisée en complément alimentaire …

Origine

Le mannose est un ose composé de 6 carbones, un aldohexose. La racine du mot « manna » vient de la « manne » récoltée par les hébreux pendant l’exode, qui est la sécrétion sucrée de certains arbres (la sève) rencontrés dans les déserts du Moyen-Orient. Le D-mannose peut être produit par oxydation du mannitol, qui est un édulcorant naturel au pouvoir sucrant 0,7 fois plus élevé que le sucre. C’est aussi un sucre qui passe rapidement dans le corps sans être absorbé.

Sources Alimentaires

Le D-mannose est présent dans certains fruits et particulièrement dans les airelles, appelées aussi canneberges. On trouve également du D-Mannose en quantité significative dans la sève de certains arbres et arbustes ainsi que dans le maïs, et en quantité moindre dans les pêches, les oranges, les ananas, les pommes et les myrtilles.

Bienfaits et vertus

La principale action thérapeutique du D-Mannose est de combattre les infection urinaires, également appelées cystites. La cystite est une maladie très fréquente chez la femme et la jeune fille. Elle est causée à 90% du temps par une bactérie intestinale appelée E.coli, qui contamine l’urètre. Cette bactérie, lorsqu’elle arrive dans la vessie, créé une infection appelée cystite. La cystite est très douloureuse et invalidante, et chez certaines femmes elle est très récurrente voire chronique. Elle peut alors être dangereuse pour les reins et aller jusqu’à provoquer une insuffisance rénale si elle est mal soignée. Le traitement le plus courant des cystites est un traitement antibiotique, avec tous les effets secondaires qu’il implique (troubles digestifs, infections vaginales etc.). On sait par ailleurs aujourd’hui qu’il est déconseillé de multiplier les traitements antibiotiques au risque de générer des résistances bactériennes. C’est là qu’intervient le D-Mannose - sucre simple qui tapisse naturellement les cellules du tractus urinaire et que l’on trouve dans certains fruits. Le D-mannose absorbé sous forme de traitement, créé alors un leurre moléculaire pour E.Coli qui s’y fixe plutôt que de se fixer à l’urètre et la contaminer. Le couple D-Mannose/E.Coli fini par être expulsé dans les urines, protégeant la vessie de toute infection.

Posologie

On conseille généralement un dosage quotidien de l’ordre de 2 à 4 g de D-Mannose en capsule, en poudre ou en comprimé, par prise de 500 mg toutes les 2 à 3 heures pendant au moins 5 jours. On constate généralement une amélioration des symptômes dès 24 heures mais il est important de prolonger le traitement jusqu’à 2 à 3 jours après totale disparition des symptômes.
Si les symptômes persistent à la même intensité au delà de 3 jours, consultez votre médecin pour vérifier que la cystite n’ai pas une autre cause que E.Coli. Le D-Mannose peut être pris en traitement, mais aussi en prévention de la cystite, lorsque vous vous sentez fragile ou affaibli, ou après un traitement antibiotique prolongé, susceptible de provoquer une infection urinaire.

Effets secondaires et contre-indications

Le D-mannose étant un sucre naturel, il est inoffensif et ne provoque aucun effet indésirable qu’elles que soient les doses prescrites. Ce sucre n’étant pas métabolisé comme les autres sucres, il n’est pas non plus contre-indiqué chez les diabétiques ou pré-diabétiques.
Les enfants et les femmes enceintes peuvent également entamer un traitement au D-Mannose.

Allons plus loin … les nouvelles découvertes scientifiques

Un essai clinique sur la poudre de D-Mannose a fait l’objet d’une étude en 2014, sur son effet préventif chez les femmes sujettes aux cystites et ayant l’habitude d’entreprendre des traitements antibiotiques. Les chercheurs ont ainsi comparé trois groupes de femmes : le premier traité préventivement au D-Mannose, le second traité uniquement aux antibiotiques et le troisième sans traitement.

Les résultats ont montré que les femmes du premier groupe - traitées au D-Mannose - présentaient moins de récidives que les deux autres groupes de femme ! Ces résultats encourageants suggèrent donc bien l’effet préventif du D-Mannose sur les cystites à répétition.