Gattilier

Utilisé depuis l’Antiquité, cette plante méditerranéenne fait aujourd’hui partie des plantes phytothérapiques reconnues par les autorités sanitaires. Découvrons les bienfaits des baies de ce petit arbuste méconnu…

Origine

Le gattilier est un arbuste à fleurs bleues donnant des baies rouges et jaunes, qui poussent en Grèce et en Italie. Ce sont ses fruits à l’arôme poivré qui sont utilisés pour leurs vertus médicinales. Ce fruit qui rappelle le poivre autant par sa forme que par sa saveur, est récolté au début de l’automne.

Leur usage remonte à quelques deux mille ans. Dioscoride (médecin de la Grèce Antique) utilisait alors les graines de gattilier pour en faire une boisson anaphrodisiaque (destinée à calmer la libido). C’est ce qui lui vaut son nom latin Vitex Agnus-castus, agnus signifiant « empêcher la procréation » et castus « chasteté ».
On raconte également qu’au Moyen-Age, les moines consommaient du gattilier pour les aider à mieux supporter le célibat, d’où son surnom de « poivre des moines ».
Le gattilier ne revient ensuite au devant de la scène qu’au milieu du XXe siècle, quand un laboratoire allemand entreprend d’extraire l’agnuside (principe actif de la plante) dans le cadre des troubles du cycle menstruel. La firme allemande réalisera entre 1943 et 1997 de nombreux essais cliniques sur cette molécule, qui ne seront pas publiés en France du fait de leur manque de rigueur scientifique (absence du groupe témoin recevant un placebo).

Principes Actifs

En phytothérapie, c’est la baie de gattilier séchée qui est utilisée.
Elle se compose essentiellement de flavonoïdes (casticine et C-hétérosides) et d’iridoïdes, dont la fameuse agnuside qui est le principe actif essentiel du gattilier.
Mais le poivre des moines contient également des substances diterpéniques (rotundifurane) des alcaloïdes et des stéroïdes.

Conseils d’utilisation

Il existe plusieurs types d’extraits de gattilier et le mode d’utilisation dépend de sa concentration en principes actifs.
La recommandation usuelle en baies séchées se situe entre 28 et 52 mg par jour.
Les extraits standardisés liquides peuvent être concentrés en casticine ou en agnuside.
On recommande de 2,5 mg à 4,5 mg par jour d’extraits standardisés en casticine (0,6% à 1%) et 1 à 4 mg par jour d’extraits standardisés en agnuside (de 0,5 à 6%).
Le gattilier est souvent commercialisé en gélules, la quantité recommandée est alors d’une à deux gélules par jour.
Il est important de noter que les effets bénéfiques du gattilier ne s’observent qu’au bout de 3 mois de prise régulière, d’où la nécessité de ne pas interrompre son utilisation précocement.

Effets secondaires et contre-indications

Les effets indésirables sont rares, ils peuvent aller des troubles digestifs légers en passant par des maux de tête, des nausées ou encore des allergies cutanées.
On déconseille le gattilier aux femmes enceintes et allaitantes en raison de son action hormonale. Il est également contre-indiqué pour les femmes ayant recours à la fécondation in vitro, car le gattilier pourrait empêcher la fixation de l’embryon sur l’utérus. Le gattilier pourrait interagir avec le traitement hormonal de substitution (TSH) ainsi qu’avec certains médicaments prescrits pour réduire les symptômes de la maladie de Parkinson.
Enfin, le gattilier est déconseillé aux femmes ayant des antécédents personnels ou familiaux de cancers du sein.

Lise Lafaurie - Diététicienne et nutritionniste

Lise Lafaurie

Diététicienne et nutritionniste, bonne vivante et décomplexante j'ai pour vocation de dépoussiérer la vision austère et vieillotte de la diététique traditionnelle. Auteur du blog Les Frites Vertes, la devise qui m'est chère "si c'est bon pour mes papilles, c'est bon pour mon corps".