01 88 40 09 80 du lundi au vendredi de 9h à 18h

Saule Blanc

Surnommé « aspirine végétale » par les phytothérapeutes, le saule blanc est utilisé depuis des millénaires pour lutter contre les douleurs inflammatoires et pour faire baisser la fièvre. Zoom sur cette plante médicinale étonnante !

Origine

Le saule blanc est originaire d’Europe mais pousse également en Asie et en Amérique du Nord. Friand des sols humides, en particulier des bords de cours d’eau, le saule blanc est un arbre qui peut atteindre 25 mètres de hauteur. Il appartient au genre des Salix dont le représentant le plus célèbre est le saule pleureur.
C’est son écorce, riche en dérivés salicylés qui est utilisée pour ses propriétés médicinales.
Il semblerait que son utilisation à des fins thérapeutiques remonte à quelques 500 ans avant notre ère en Asie et en Amérique du Nord. En Chine, il servait alors d’antipyrétique et d’analgésique. Au 1er siècle, Dioscoride, célèbre médecin botaniste Grec, suggère comme traitement des douleurs lombaires « des feuilles de saule, écrasées avec un peu de poivre et trempées dans du vin ».
Plus tard, les Grecs anciens s’en servaient pour abaisser la fièvre et comme anti-douleur. Au Moyen-Âge, on lui attribue le pouvoir de calmer la libido, et on l’utilise comme anti-vomitif.
Puis, c’est au début du XIXè siècle, précisément en 1828, que le pharmacien français Leroux isole le principe actif contenu dans le saule blanc : la saliciline. Dix ans plus tard, le professeur italien Rafaele Piria est le premier à produire de l’acide salicylique à partir d’écorce de saule blanc et encore 20 ans après, c’est Kolbe, un chimiste allemand, qui synthétise pour la première fois de l’acide salicylique.
Enfin, en 1897, un autre chimiste allemand nommé Hoffmann synthétise pour la première fois une forme stable d’acide salicylique à partir d’une spirée, l’aspirine est née.

Mais, si l’acide salicylique agit plus rapidement que l’écorce de saule, son effet est moins durable et il cause de nombreux effets secondaires, contrairement à la plante. Le saule fera ainsi son grand retour en tant que remède naturel à la fin du XXè siècle, après quelques décennies d’oubli.

Composition

L’écorce de saule blanc contient entre 1 et 11% de dérivés salicylés (dont essentiellement de la saliciline). Elle est également très bien pourvue en flavonoïdes (quercétol, lutéoline, isoquercitroside, glycosyl naringétol, isosalipurposide) aux propriétés anti-inflammatoires reconnues, en tanins catéchiques (jusqu’à 20%) et en autres composés phénoliques (vimaline, syringoside, picéoside …).

Ses feuilles quant à elles, sont de très bonnes sources de vitamine C.

Bienfaits et vertus

Les bienfaits et vertus du saule blanc

Les bienfaits du saule blanc sont globalement les mêmes que ceux de l’aspirine, avec une action moins rapide mais plus durable dans le temps. Le saule blanc est donc à la fois un antalgique et un anti-inflammatoire, ce qui le rend très utile en traitement de nombreux maux.
La Commission E et l'ESCOP reconnaissent l'efficacité de l'écorce de saule pour faire baisser la fièvre et soulager les douleurs rhumatismales ainsi que le mal de tête.

Douleurs lombaires

C’était la principale utilisation du saule selon Dioscoride au 1er siècle, qui s’avère aujourd’hui une de ses principales indications, confirmant ses talents de médecin précurseur.
Plusieurs études menées sur des sujets souffrant de douleurs lombaires, traités à l’Assalix® (extrait de saule dosé à 240 mg de saliciline) confirment l’efficacité de l’extrait de saule pour soulager les douleurs lombaires. Ici1, les résultats obtenus sont supérieurs à un traitement placebo (39% des personnes traitées n’ont plus ressenti de douleurs après le traitement), là2 les effets de l’Assalix® s’avèrent aussi efficaces que ceux d’un traitement anti-inflammatoire classique, pour un coût moindre.

Arthrose

Plusieurs études datant de 19963, 20014 et 20085 ont étudié l’efficacité d’un traitement à l’extrait de saule pour soulager les douleurs arthrosiques. Ils concluent tous les trois que l’écorce de saule s’avère efficace pour soulager les douleurs d’arthrose (gonarthrose et coxarthrose) avec très peu d’effets secondaires.

Maux de tête, migraines, états fébriles, règles douloureuses, tendinites …

Soit toutes les indications usuelles de l’aspirine. L’usage du saule blanc est d’ailleurs reconnu par l’agence Européenne du médicament, et enregistré dans la liste des plantes médicinales de la Pharmacopée française.

Posologie

La posologie du saule blanc dépend de sa forme galénique. Elle peut être utilisée sous la forme de gélules, d’extraits liquides ou secs, de plante sèche ou en teinture.

  • En infusion, c’est 2 à 3g d’écorce sèche qui doivent être infusés dans 250 ml d’eau bouillante. Cette boisson est à prendre idéalement avant chaque repas.
  • En teinture, elle est souvent utilisée pour soulager les rhumatismes ou douleurs arthrosiques : il est alors recommandé de prendre 2,5 ml de teinture mélangée à de l’eau, 3 fois par jour.
  • En extraits fluides, ce sont 15 à 30 gouttes (en fonction du poids du malade et de l’intensité de ses symptômes) 3 fois par jour.

La cure de saule blanc se fait de façon discontinue, 15 jours par mois, jusqu’à disparition des douleurs.

Effets secondaires et contre-indications

Les effets secondaires du saule blanc sont en pratique assez négligeables. Rarement, des troubles digestifs légers peuvent être ressentis, de type nausées ou diarrhées.
Les personnes allergiques à l’acide salicylique, sont susceptibles de l’être également au saule.
Le saule est contre-indiqué chez les personnes sous traitement anticoagulant ou présentant des problèmes d’estomac (gastrites, ulcères, reflux …).
En l’absence de données sur le sujet, les femmes enceintes et allaitantes demanderont l’avis de leur médecin traitant avant d’entamer une cure de saule.

Références

1. Chrubasik S, Eisenberg E, et al. Treatment of low back pain exacerbations with willow bark extract: a randomized double-blind study.Am J Med 2000 Jul;109(1):9-14.
2. Chrubasik S, Kunzel O, et al. Treatment of low back pain with a herbal or synthetic anti-rheumatic: a randomized controlled study. Willow bark extract for low back pain. Rheumatology (Oxford). 2001 Dec;40(12):1388-93. Texte intégral : http://rheumatology.oxfordjournals.org
3. Mills SY, Jacoby RK, et al. Effect of a proprietary herbal medicine on the relief of chronic arthritic pain: a double-blind study.Br J Rheumatol 1996 Sep;35(9):874-8. Texte intégral : http://rheumatology.oxfordjournals.org
4. Schmid B, Ludtke R, et al. Efficacy and tolerability of a standardized willow bark extract in patients with osteoarthritis: randomized placebo-controlled, double blind clinical trial.Phytother Res 2001 Jun;15(4):344-50.
5. Beer AM, Wegener T. Willow bark extract (Salicis cortex) for gonarthrosis and coxarthrosis--results of a cohort study with a control group. Phytomedicine. 2008;15(11):907-913.18815018

Lise Lafaurie - Diététicienne et nutritionniste

Lise Lafaurie

Diététicienne et nutritionniste, bonne vivante et décomplexante j'ai pour vocation de dépoussiérer la vision austère et vieillotte de la diététique traditionnelle. Auteur du blog Les Frites Vertes, la devise qui m'est chère "si c'est bon pour mes papilles, c'est bon pour mon corps".