Konjac

Le konjac fait parler de lui depuis quelques années : le glucomannane qu’il contient serait un allié contre le cholestérol et pour la perte de poids. Alors info ou intox? Découvrons ensemble les mille et une vertus de cette racine pas comme les autres …

Origine

Le konjac est une plante de la famille des aracées, qui contient plus 3500 espèces dont la grande majorité sont utilisées pour leurs qualités ornementales à l’instar des célèbres Arums. Son nom scientifique, Amorphophallus konjac, évoque bien son aspect d’énorme tubercule au diamètre pouvant aller jusqu’à 80 cm de circonférence.
Ingrédient clé de la cuisine asiatique et en particulier japonaise, il est d’abord réduit en poudre, puis transformé en vermicelles (shirataki), en nouilles de type tagliatelles (kishimen) ou en petites perles proches du riz (gohan). De goût très neutre, il prend la saveur des ingrédients utilisés pour le préparer et l’assaisonner.
Si le konjac n’est utilisé que récemment en occident, il est consommé en Asie depuis plus de deux mille ans dans l’alimentation traditionnelle !

Atouts Nutritionnels

Ce ne sont pas ses atouts nutritionnels qui font la gloire du konjac, mais plutôt sa presque absence de calories ! Encore moins calorique que le concombre, le konjac est une racine qui apporte moins de 10 calories pour 100 g et aucun lipide (graisses).
Il est en revanche très riche en fibre soluble (le glucomannane), qui a la fantastique capacité d’absorber jusqu’à 100 fois son poids en eau.
Lorsqu’il est utilisé sous forme de vermicelles ou de nouilles, le konjac se prête à toutes les recettes de pâtes mais apporte près de 15 fois moins de calories que les pâtes de blé ou de riz !
Le konjac est en revanche dénué de vitamines et de minéraux, mais il est également dépourvu de gluten, ce qui est une bonne chose pour les intolérants.

Bienfaits

Coupe faim naturel

Sa valeur calorique négligeable ainsi que sa capacité à se gorger d’eau et à gonfler font du glucomannane de Konjac un allié qui contribue à la perte de poids dans le cadre d’un régime hypocalorique. Dans l’estomac, il forme un gel visqueux qui procure un sentiment de satiété.
Le konjac se prête parfaitement bien à toutes les recettes gourmandes de pâtes (carbonara, bolognaises, arabiatta …) ou de nouilles (sautées asiatiques, en soupe Pho ou bobun …) pour se faire plaisir à moindre coût calorique.
Il peut aussi se prendre en gélules à prendre 30 minutes avant les repas.

Cholestérol

Consommé régulièrement, le Konjac peut contribuer au maintien d’une cholestérolémie normale.

Conseils d’utilisation

Lorsqu’il est consommé en compléments alimentaire (poudre ou gélules), l’utilisation habituelle est d’une à deux gélules ou un sachet une demi-heure avant chaque repas.
En vermicelles, nouilles ou perles, le konjac est vendu en paquet dans lequel il baigne dans un liquide aqueux. Il est ainsi prêt à l’emploi puisqu’il suffit de le rincer puis égoutter avant de l’ajouter à sa préparation (sauce, viande, poisson ou légumes), à la casserole ou à la poêle pour des nouilles sautées.
Intégré régulièrement dans votre alimentation, il vous aidera à en diminuer le niveau calorique. Inutile cependant de le mettre au menu à chaque repas, au risque de distendre votre estomac et de perturber votre sentiment de satiété.

Effets secondaires et contre-indications

Comme tous les aliments très riches en fibres, le konjac peut freiner l’absorption de certains minéraux ou de certaines vitamines. Il est donc important de veiller à avoir une alimentation variée et équilibrée pour ne pas générer de carences.
En cas de traitement médicamenteux, veillez à espacer la prise du médicament de celle du konjac d’au moins deux heures, afin que celui-ci ne freine pas l’absorption et ne réduise pas l’efficacité du médicament.
Enfin, le konjac est contre-indiqué pour les personnes sujettes à l’occlusion intestinale. stimulerait la production de noradrénaline, cette précieuse hormone favorisant la lipolyse (destruction du tissus adipeux).

Lise Lafaurie - Diététicienne et nutritionniste

Lise Lafaurie

Diététicienne et nutritionniste, bonne vivante et décomplexante j'ai pour vocation de dépoussiérer la vision austère et vieillotte de la diététique traditionnelle. Auteur du blog Les Frites Vertes, la devise qui m'est chère "si c'est bon pour mes papilles, c'est bon pour mon corps".