Chardon Marie (silybum marianum)

De son petit nom « artichaut sauvage », le chardon-marie (Silybum marianum) est une plante médicinale extrêmement efficace utilisée depuis l’Antiquité pour traiter les problèmes hépatiques. Focus sur cette plante aussi épineuse que salvatrice …

Origine

Cultivé dans les régions chaudes, sèches et ensoleillées, et friand des sols acides, le chardon-marie est très implanté dans le pourtour méditerranéen. On le trouve également en Europe du Sud, en Afrique du Nord, à l’ouest de l’Asie et en Australie.
Cette plante bisannuelle à l’allure robuste et de taille généralement supérieure à 1 mètre est sertie de feuilles marbrées de blanc, de fleurs pourpres et de grands capitules à bractées épineuses.
Elle doit son nom latin, Sylibum marianum, à la Vierge Marie (marianum) qui aurait allaité pour la première fois l’enfant Jésus sous un bosquet de chardon (silybum) pour échapper à Hérode. Quelques gouttes de son lait tombèrent alors sur les feuilles, à l’origine de ses nervures blanches caractéristiques.
A l’Antiquité, les Grecs l'utilisent pour traiter les troubles hépatiques et biliaires. Pline l’Ancien recommandait alors de consommer le jus de la plante mélangé à du miel pour éliminer les excès de bile.
Au Moyen- ge, il se disait que le chardon-marie pouvait chasser la mélancolie, aussi appelée « bile noire », qui était associée à diverses maladies d’origine hépatique ou reliée au foie.
Puis plus tard, au XIXe siècle, il est utilisé pour traiter certains troubles menstruels, ainsi que les varices et les congestions de la vésicule biliaire et des reins.

Principes actifs

C’est la silymarine, un flavonoïde complexe regroupant trois substances actives (silychristine, silybine et silydianine), qui est à l’origine des qualités médicinales du chardon-marie.
Cette silymarine, isolée en 1968, est présente dans toute la plante mais plus encore dans les graines mûres.
Le chardon-marie est également très bien pourvu en flavonolignanes et flavonoïdes, des antioxydants.
Enfin, les graines de charbon sont riches en lipides (acide oléique essentiellement) et en phytostérols.

Effets secondaires et contre-indications

Les femmes enceintes et allaitantes devront éviter de consommer le chardon-marie en l’absence de données suffisantes sur le sujet.

Le chardon-marie est une plante allergisante. Les personnes ayant un terrain allergique ou sensibles à certaines plantes telles que la marguerite, l’asters ou la camomille, devront éviter d’utiliser du chardon-marie.

Très rarement, la supplémentation en chardon-marie peut entraîner des troubles gastro-intestinaux légers de type nausées ou diarrhées.

Chardon Marie (silybum marianum) - Nos produits en contenant

Lise Lafaurie - Diététicienne et nutritionniste

Lise Lafaurie

Diététicienne et nutritionniste, bonne vivante et décomplexante j'ai pour vocation de dépoussiérer la vision austère et vieillotte de la diététique traditionnelle. Auteur du blog Les Frites Vertes, la devise qui m'est chère "si c'est bon pour mes papilles, c'est bon pour mon corps".