Bifidobacterium bifidum

Plus communément appelées bifidobactéries ou bifidus, le bifidobacterium bifidum est une bactérie dite probiotique, qui peut venir en aide aux bactéries naturellement présentes dans notre organisme. Focus sur cette bactérie bénéfique pour notre tube digestif …

Origine

Le nom bifidobacterium, qui a été attribué à cette bactérie par Christian Gottfried Ehrenberg en 1838, vient du latin « bifidus » qui signifie « fendu en deux » et de « bactérium » traduction de « bâton » en latin, en raison de sa morphologie bifide en Y.
C’est en 1899 que le pédiatre de l’institut Pasteur, Henri Tissier, isola pour la première fois le bifidobactérie dans les selles d’un nourrisson.
Le bifidobacterium bifidum a longtemps été assimilé au Lactobacillus bifidus par les bactériologistes mais on sait aujourd’hui qu’ils appartiennent à un taxon séparé de bifidus.
Le B. Bifidum est donc une bactérie anaérobie stricte (ne supporte pas l’oxygène et sont donc difficilement étudiante en laboratoire), Gram positive, particulièrement présente dans le colon des nourrissons allaités au sein mais dont le niveau décroit avec l’âge.

Sources Alimentaires

Le B.Bifidum est un probiotique que l’on ne trouve pas naturellement dans l’alimentation, à la différence d’autres probiotiques de type lactobacillus, naturellement présent dans les yaourts, fromages, kefir de fruits, kefir de lait, saucisson ou olives.
En revanche, il existe de nombreux yaourts enrichis en B.bifidum, utiles pour stimuler le système immunitaire et améliorer les fonctions digestives de leurs consommateurs. C’est le cas de yaourts au bifidus actif, de plus en plus nombreux sur le marché, dont la marque phare est l’Activia de Danone.

Bienfaits et vertus

Selon l’Organisation mondiale de la santé, les probiotiques sont des « bactéries vivantes qui lorsque consommées régulièrement et en quantité suffisante, exercent un effet potentiellement bénéfique sur la santé ».
Mais, pour mieux comprendre les vertus du B.Bifidum, il est important de comprendre comment fonctionne notre flore intestinale. Il y aurait plus de 100 000 bactéries peuplant notre tube digestif, soit près d’1,5 kg de bactéries chez un homme adulte ! Ces bactéries appartiennent à une centaines d’espèces différentes, et chacun d’entre nous possède sa propre composition bactérienne appelée aussi microbiote, qui est en quelques sortes une signature bactérienne unique.
Une microbiote affectée, amoindrie ou déséquilibrée, peut avoir des conséquences non négligeables sur la santé et la forme physique. Les probiotiques, et en particulier le B.Bifidum, sont alors très efficaces pour régénérer et rééquilibrer la flore intestinale.

Renforce le système immunitaire

Une microbiote équilibrée est essentielle à une bonne santé puisque nos bactéries interagissent avec les cellules du système immunitaire. Sans microbiote, ou avec une microbiote déséquilibrée, le système immunitaire est atrophiée.
Une étude en double aveugle menée en 20151 et publiée dans le Journal of the American College of Nutrition a testé la prise d’une association de 3 probiotiques (Lactobacillus gasseri, Bifidobacterium bifidum et Bifidobacterium longum) sur le système immunitaire. Le résultat est clair : le niveau de lymphocytes (globules blancs dont le taux élevé est le reflet d’un système immunitaire efficace) circulants reste constant pendant le traitement alors qu’il décroit rapidement avec le placebo.

Améliore les troubles intestinaux, diarrhées

Des études cliniques, en 19942 puis en 20103, ont démontré les bénéfices du B. Bifidum dans les diarrhées à rotavirus ou celles associées aux radiothérapies de cancer du col de l’utérus.
Une étude japonaise menée en 2015 et publiée dans Bioscience of Microbiota, Food and Health a quant à elle mis en évidence une amélioration des symptômes chez les patients atteints de TSF (syndrome de l’intestin irritable) causant des douleurs abdominales accompagnées de constipation, de diarrhée ou une alternance des deux. Le TSF touche environ une personne sur cinq et peut être très douloureux et invalidant.

Enfin, il a été montré que B. Bifidum inhibait l’activité d’Helicobacter pylori, bactérie qui colonise la muqueuse gastrique provoquant une infection chronique. Près d’une personne sur deux dans le monde serait touchée par H. pylori, qui favoriserait la prédisposition au cancer gastrique.

Atténue les symptômes de certaines intolérances alimentaires (gluten, lactose …)

Ces allergies ou intolérances alimentaires provoquent des troubles digestifs sévères qui altèrent la flore intestinale et peuvent atrophier les vilosités intestinales. En restaurant la microbiote, le B. Bifidum contribue à la reconstruction des pilosités et à l’amélioration des symptômes.

Réduit les infections des voies respiratoires supérieures

Une étude en double aveugle menée en 2015 et publiée dans le British Journal of Nutrition, a montré que la prise de bifidobacterium bifidum chez des étudiants stressés à l’approche des examens réduisait les risques d’infections respiratoires supérieures de façon significative par rapport au groupe témoin traité au placebo mais aussi par rapport à deux autres groupes traités par d’autres bactéries probiotiques.

Posologie

Pour que les probiotiques soient efficaces, il est primordial qu’ils puissent arriver en grand nombre et vivants dans l’intestin. Or, l’estomac produit des sucs gastriques qui tuent 90 % des probiotiques s’ils ne sont pas correctement protégés. Pour éviter cela, il existe des capsules entérosolubles, conçues pour résister aux sucs gastriques et ne se dissoudre qu’une fois dans l’intestin.
L’unité de mesure des probiotique sont les UFC (Unité formatrices de colonies), et la posologie conseillée pour les probiotiques varie de 2 à 30 milliards par jour en fonction des indications.

Effets secondaires et contre-indications

Une consommation importante de suppléments à base de probiotiques peut provoquer chez certaines personnes une augmentation des gaz intestinaux, des ballonnements voire une légère irritation intestinale. Il peut être alors conseillé de diminuer la posologie afin de l’augmenter ensuite plus progressivement. Ne pas utiliser sans indication médicale en cas d’affaiblissement du système immunitaire dû à une maladie (sida, lymphome) ou à un traitement (chimiothérapie, radiothérapie).
De même, en cas de nausées, fièvre, vomissements, diarrhées contenant du sang ou maux de ventre importants, il est souhaitable de consulter un médecin avant d’entreprendre une cure de probiotiques.

Références

1. paiser SJ, Culpepper T, Nieves C Jr, Ukhanova M, Mai V, Percival SS, Christman MC, Langkamp-Henken B. Lactobacillus gasseri KS-13, Bifidobacterium bifidum G9-1, and Bifidobacterium longum MM-2 ingestion induces a less inflammatory cytokine profile and a potentially beneficial shift in gut microbiota in older adults: a randomized, double-blind, placebo-controlled, crossover study. J Am Coll Nutr 2015;34:459–69.
2. Saavedra, JM, Bauman, NA, Perman, JA, Yolken, RH and Oung, I (1994). Feeding of Bifidobacterium bifidum and Streptococcus thermophilus to infants in hospital for prevention of diarrhoea and shedding of rotavirus. The Lancet. 344, pp. 1046–1049.
3. Chitapanarux, I., Chitapanarux, T., Traisathit, P., Kudumpee, S., Tharavichitkul, E., & Lorvidhaya, V. (2010). Randomized controlled trial of live lactobacillus acidophilus plus bifidobacterium bifidum in prophylaxis of diarrhea during radiotherapy in cervical cancer patients. Radiation Oncology, 5, 31

Lise Lafaurie - Diététicienne et nutritionniste

Lise Lafaurie

Diététicienne et nutritionniste, bonne vivante et décomplexante j'ai pour vocation de dépoussiérer la vision austère et vieillotte de la diététique traditionnelle. Auteur du blog Les Frites Vertes, la devise qui m'est chère "si c'est bon pour mes papilles, c'est bon pour mon corps".