Protection contre les infections virales et la COVID-19. Quel(s) rôle(s) pour le Glutathion et la N-Acétyl-Cystéine (NAC) ?

Glutathion, -40% avec le code NUT40

Ces dernières semaines, nous avons vu émerger une nouvelle tendance autour du Glutathion et de la NAC. Notre expert scientifique Gilles Badot a décidé d’y consacrer un article en se basant sur les recherches scientifiques actuelles. 

Que sont le Glutathion et la N-Acétyl-Cystéine (NAC) ?

Le Glutathion et la N-Acétyl-Cystéine ou NAC sont 2 molécules qui sont liées puisque que la seconde permet la synthèse de la première, en d’autres termes la NAC est transformée en Glutathion dans l’organisme (1) et elles peuvent lui être apportées, l’une et l’autre, sous forme de compléments alimentaires.

La N-Acétyl-Cystéine (NAC) est relativement bien connue du public car c’est une molécule pléiotrope c’est-à-dire aux rôles multiples.

La plus connue de ses propriétés est son action mucolytique qui permet la fluidification des sécrétions bronchiques, ce qui facilite leur élimination lors des infections respiratoires « productives ».

Un autre de ses rôles, moins connu, mais vital, est son activité de contrepoison lors d’intoxication aiguë au paracétamol, dont le surdosage peut causer des ravages potentiellement mortels au niveau du foie.

En revanche, les rôles joués par la N-Acétyl-Cystéine dans la lutte contre les infections virales dont la COVID-19 sont eux moins connus.

Traitement d’appoint des formes graves de la COVID-19

De très nombreux travaux scientifiques ont été publiés en 2020 et 2021 et mettent en évidence l’action de la N-Acétyl-Cystéine (NAC) à hautes doses, souvent par voie intraveineuse, pour aider à juguler ou à limiter le « fameux » orage cytokinique impliqué dans les formes sévères de cette maladie. 

Bien que l’infection par le coronavirus touche tous les groupes d’âge et de sexe, la mortalité est plus forte chez les personnes âgées et la cause de décès est principalement le syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA) ; 5% des patients atteints de la COVID-19 souffrent de ce syndrome qui nécessite une hospitalisation en unité de soins intensifs (1).

Des données scientifiques convergentes suggèrent qu’une activation immunitaire excessive et « une tempête de cytokines » seraient les principales causes des lésions pulmonaires dans le cas de la COVID-19.

Celles-ci se produisent généralement lorsque les capacités de l’organisme à lutter contre les phénomènes néfastes d’oxydation des tissus seraient diminuées.

Une étude menée en Italie a ainsi montré que chez les patients de moins de 80 ans, les cas mortels étaient beaucoup plus fréquents chez les hommes, qui ont des niveaux plus faibles de Glutathion réduit dans le sang (1)

C’est grâce à leurs propriétés anti-oxydantes que la N-Acetyl-Cystéine (NAC) et le Glutathion interviendraient pour limiter la tempête de cytokines et, par conséquent, la gravité de la maladie 2).

Des essais cliniques ont récemment montré que la capacité de la N-Acetyl-Cystéine (NAC) à reconstituer les réserves de Glutathion peut améliorer de manière significative les résultats de la COVID-19, en particulier chez les personnes à haut risque, en atténuant l’impact de la tempête de cytokines (3).

Vous aurez besoin de

Glutathion

Nac glutathion réduit

  • Acides aminés : acide glutamique, L-glutathion, L cystine, L glycine
  • Protection des cellules contre le stress oxydatif
  • Fonctionnement normal du système immunitaire
  • 100% des VNR pour la vitamine C
  • 81,8% des VNR pour le sélénium

La N-Acétyl-Cystéine (NAC) peut réduire la fréquence de survenue
de la grippe et des pneumonies

D’autres études ont montré que la N-Acétyl-Cystéine (NAC), par voie orale et à des dosages moins importants, était capable non seulement de diminuer de manière significative la fréquence et la gravité de la grippe mais également de diminuer l’incidence des pneumonies (4).

Par ailleurs une autre étude a démontré qu’environ 37 % des patients sous ventilation mécanique développaient une pneumonie dans une unité de soins intensifs et que les patients, s’ils étaient traités par N-Acétyl-Cystéine, développaient significativement moins de pneumonie cliniquement confirmée par rapport aux patients du groupe recevant un placebo (26,6% contre 46,6%) (5).

Évidemment depuis maintenant plus d’un an et demi, les scientifiques du monde entier essayent de comprendre comment agit le virus responsable de la COVID-19 pour mieux lutter efficacement contre lui, que cela soit en prévention ou en traitement de la maladie.

Nous avons vu précédemment que la N-Acétyl-Cystéine (NAC) à très haute dose avait un rôle à jouer dans le traitement des formes sévères de la COVID-19.

De nouvelles données, sont en faveur d’une action de la N-Acétyl-Cystéine, par voie orale et à des dosages « normaux » pour limiter la survenue de la COVID-19 comme cela a été montré pour la grippe et d’autres infections virales.

Rôle préventif de la N-Acétyl-Cystéine vis à vis de la COVID-19

Une des découvertes les plus intéressantes concerne le mécanisme par lequel le SRAS-COV-2, le coronavirus responsable de la COVID-19, pénètre dans nos cellules.

C’est une étape importante pour le déclenchement de la maladie car ce coronavirus, comme tous les virus à ARN, ne peut pas se multiplier s’il ne peut pas pénétrer dans nos cellules.

En effet, c’est dans nos cellules, en utilisant notre « machinerie » cellulaire que le coronavirus se réplique en de multiples nouveaux virus qui vont ensuite infecter d’autres cellules de notre organisme pour développer la maladie.

Ainsi, si le coronavirus n’est plus capable de pénétrer nos cellules, il ne peut plus se reproduire et l’infection ne se développe pas.

Or les chercheurs ont découvert récemment que le coronavirus responsable de la COVID-19, pour pénétrer dans nos cellules était obligé de se lier à une protéine, l’enzyme de conversion de l’Angiotensine 2 (ou ECA2), qui se trouve à la surface de nos cellules (1,6).

C’est une étape clé et de nombreuses équipes essayent de développer des molécules qui pourraient bloquer cette liaison entre le coronavirus et l’ECA2, empêchant, ou au moins limitant, sa pénétration dans la cellule, freinant ainsi l’infection.

D’autres équipes ont testé l’action possible sur cette liaison de molécules existantes.

Parmi ces molécules, la N-Acétyl-Cystéine, a fait l’objet de nombreuses recherches puisqu’elle est capable, comme nous l’avons vu plus haut, de réduire la fréquence de survenue de la grippe qui est provoquée par un virus à ARN.

C’est ainsi qu’il est apparu que la N-Acétyl-Cystéine interagit effectivement avec l’ECA2 en modifiant suffisamment sa structure pour empêcher la fixation des particules virales sur nos cellules avec pour conséquence un effet bénéfique significatif au cours de la phase précoce de l’infection virale (6).

En conclusion, il s’avère bien que l’administration orale de N-Acétyl-Cystéine (NAC) est susceptible d’atténuer le risque de développer le COVID-19, comme cela a été démontré précédemment pour la grippe et les maladies de type grippal et peut être utilisée à des fins préventives (1)

Vous aurez besoin de

Glutathion

Nac glutathion réduit

  • Acides aminés : acide glutamique, L-glutathion, L cystine, L glycine
  • Protection des cellules contre le stress oxydatif
  • Fonctionnement normal du système immunitaire
  • 100% des VNR pour la vitamine C
  • 81,8% des VNR pour le sélénium

Les articles suivants pourraient aussi vous intéresser :

(1) Rationale for the use of N-acetylcysteine in both prevention and adjuvant therapy of COVID-19. De Flora S, Balansky R, La Maestra S. FASEB J. 2020 Oct;34(10):13185-13193. doi: 10.1096/fj.202001807. Epub 2020 Aug 11.

(2) Therapeutic potential of N-acetyl cysteine (NAC) in preventing cytokine storm in COVID-19: review of current evidence. Mohanty RR, Padhy BM, Das S, Meher BR. Eur Rev Med Pharmacol Sci. 2021 Mar;25(6):2802-2807. doi: 10.26355/eurrev_202103_25442.

(3) Bottom-up analysis of emergent properties of N-acetylcysteine as an adjuvant therapy for COVID-19. Dominari A, Hathaway Iii D, Kapasi A, Paul T, Makkar SS, Castaneda V, Gara S, Singh BM, Agadi K, Butt M, Retnakumar V, Chittajallu S, Taugir R, Sana MK, Kc M, Razzack S, Moallem N, Alvarez A, Talalaev M. World J Virol. 2021 Mar 25;10(2):34-52. doi: 10.5501/wjv.v10.i2.34.

(4) N-Acetylcysteine to Combat COVID-19: An Evidence Review. Shi Z, Puyo CA. Ther Clin Risk Manag. 2020 Nov 2;16:1047-1055. doi: 10.2147/TCRM.S273700. eCollection 2020.

(5) Safety and efficacy of N-acetylcysteine for prophylaxis of ventilator-associated pneumonia: a randomized, double blind, placebo-controlled clinical trial. Sharafkhah M, Abdolrazaghnejad A, Zarinfar N, Abolfazl M, Ali M, Sahand A. Mojtaba Med Gas Res. 2018;8(1):19–23. doi:10.4103/2045- 9912.229599

(6) Role of Oxidative Stress on SARS-CoV (SARS) and SARS-CoV-2 (COVID-19) Infection: A Review. Suhail S, Zajac J, Fossum C, Lowater H, McCracken C, Severson N, Laatsch B, Narkiewicz-Jodko A, Johnson B, Liebau J, Bhattacharyya S, Hati S. Protein J. 2020 Dec;39(6):644-656. doi: 10.1007/s10930-020-09935-8. Epub 2020 Oct 26

Glutathion
3.6/5 - (53 votes)
Partagez vos amis

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *