01 88 40 09 80 du lundi au vendredi de 9h30 à 12h30 et de 14h à 18h

Fer : retrouvez votre vitalité

Pâleur, fatigue, essoufflement à l’effort, maux de tête, sensation de « tête qui tourne », vertiges, étourdissements, faiblesse en se levant d’une chaise, peau et cheveux secs, ongles cassants… la carence en Fer peut s’exprimer par des symptômes nombreux et variés. Et sur le long terme, elle
peut s’avérer problématique en affectant les défenses immunitaire et en augmentant les risques infectieux (1)  !
Découvrez tout de suite comment retrouver votre vitalité grâce au fer :

globules rouge fixent le fer
Globules rouges ayant fixés du fer

Qu’est-ce que l’anémie ?

On estime que la carence en fer touche deux milliards de personnes et qu’elle est la principale cause d’anémie (insuffisance du taux d’hémoglobine sanguin) dans le monde(2). Environ deux tiers du fer présent dans l’organisme se trouve dans l’hémoglobine.

« L’anémie est définie par l’Organisation mondiale de la santé comme un taux d’hémoglobine sérique inférieur à :

  • 13 g/dL chez les hommes ;
  • 12 g/dL chez les femmes.

Elle touche des personnes de tous âges et est particulièrement fréquente chez les personnes âgées »(3).

L’anémie par carence en fer est liée à un manque ou une mauvaise utilisation du fer par notre organisme.

Le fer est indispensable à la fabrication de l’hémoglobine qui permet le transport de l’oxygène dans le sang grâce aux globules rouges et sa distribution dans tous nos organes. Sa carence provoque donc une baisse de la fabrication de l’hémoglobine au niveau de la moelle osseuse.

L’anémie par carence en fer est souvent bien tolérée par le corps, et n’entraîne aucun symptôme lorsqu’elle débute car elle s’installe très progressivement et évolue en silence.

C’est quand elle s’accentue que les premiers symptômes apparaissent ; elle est donc déjà bien installée à ce stade.

Notre médecin va alors poser son diagnostic grâce à un bilan sanguin et va rechercher la cause de cette anémie par carence en fer, qui est le plus souvent due soit à des pertes de sang, soit à un manque de fer dans l’alimentation.

Pour éviter l’apparition d’une anémie par carence en fer, il est donc indispensable d’adopter une alimentation équilibrée et diversifiée, comportant des aliments riches en fer (viande rouge, boudin, foie, crustacés, légumes secs comme les lentilles,…).

Une alimentation normale apporte environ 10 à 15 mg de fer par jour, dont seulement 5 à 10 % est absorbé par notre organisme.  L’absorption du fer alimentaire se fait dans les intestins (duodénum et le jéjunum supérieur), est favorisée par la présence de vitamine C mais est diminuée par la consommation de café et de thé(4).

La supplémentation en fer à travers la littérature scientifique

Une supplémentation en fer par des compléments alimentaires peut s’avérer nécessaire pour compenser le déficit en fer de certains régimes ou lutter contre une carence établie.

Un méta-analyse récente(5) a étudié l’effet d’une supplémentation en fer sur la fatigue et la capacité physique d’adultes carencés en fer mais n’étant pas encore anémiques.

Cette étude a révélé un effet bénéfique hautement significatif du fer sur la fatigue, avec une diminution globale des plaintes de fatigue de plus de 60 % chez les 1 170 patients qui ont été étudiés.

Parallèlement, la supplémentation en fer a permis d’augmenter significativement la concentration en hémoglobine dans le sang.

Cela conduit les auteurs de cette étude à conclure : « Étant donné la prévalence mondiale de la carence en fer et de la fatigue, les patients et les praticiens pourraient envisager la consommation d’aliments riches en fer ou une supplémentation en fer pour améliorer les symptômes de fatigue en l’absence d’anémie documentée ».

Un autre méta-analyse(6) a essayé de déterminer si une supplémentation en fer pouvait améliorer la capacité aérobie (capacité à maintenir une intensité importante d’exercice sur une période de temps prolongée) des athlètes d’endurance non anémiques mais déjà déficients en fer.

Les résultats de 17 études cliniques ont été regroupés et ont montré que, non seulement, la supplémentation en fer permettait d’améliorer le statut en fer des sportifs mais surtout qu’elle permettait d’améliorer leurs performances à travers l’augmentation de leur capacité aérobie.

D’autres études ont étudié plus spécifiquement l’impact d’une supplémentation en fer sur les femmes, plus sujettes que les hommes à une carence en fer du fait de leurs pertes menstruelles

L’une d’elle(7) a été réalisée par 44 médecins généralistes en France qui ont recruté 198 femmes âgées de 18 à 53 ans sans anémie, ayant leurs règles et présentant une fatigue inexpliquée. Une partie d’entre elles a reçu du fer, une autre un placebo pendant 12 semaines.

Après cette période, le score moyen de fatigue a diminué de façon significativement plus importante (diminution de 48%) dans le groupe des femmes supplémentées en fer par rapport au groupe placebo (diminution de 29%).

Une méta-analyse(8) s’est intéressée aux performances sportives de 911 femmes en âge de procréer. Elle a montré que la supplémentation en fer permettait, d’une part, d’améliorer la performance maximale à l’effort, illustrée par une augmentation de la consommation maximale d’oxygène et, d’autre part, de diminuer la fréquence cardiaque nécessaire pour réaliser un effort pré-défini.

Fer et vitamines

La vitamine C permet d’améliorer l’absorption du fer à partir de l’alimentation ou de la supplémentation et d’augmenter la mobilisation du fer à partir des réserves de l’organisme(9).

Elle permet également d’offrir une protection contre les dommages oxydatifs des globules rouges. Lorsque le niveau d’antioxydants – vitamine C y compris – est faible, cela peut entraîner une hémolyse et une perte de sang, contribuant à l’anémie(9).

L’anémie peut avoir d’autres origines nutritionnelles que les carences en fer et il est prouvé qu’un apport insuffisant de certaines vitamines B, principalement les vitamines B6, B9 et B12, peut entraîner des anémies(9), ce qui justifie le recours à une supplémentation par ces vitamines en complément de celle en fer.

(1) Ferritin and iron in pediatric infections in the emergency department: A pilot study. Arwa Nasir; Scott James; Deborah Perry; Jane Meza. Journal of pediatric infectious diseases 09 (2014):177-182

(2) A systematic analysis of global anemia burden from 1990 to 2010. Nicholas J Kassebaum, Rashmi Jasrasaria, Mohsen Naghavi, Sarah K Wulf, Nicole Johns, Rafael Lozano, Mathilda Regan, David Weatherall, David P Chou, Thomas P Eisele, Seth R Flaxman, Rachel L Pullan, Simon J Brooker, Christopher J L Murray Blood 2014;123:615–24.

(3) The prevalence of anemia in primary care Richard Eisenstaedt Postgrad Med 2004 Nov;116(5 Suppl Anemia):7-11.

(4) Fatigue and acute/chronic anaemia Palle Bager Danish Medical Journal 2014 Apr;61(4):B4824.

(5) Efficacy of iron supplementation on fatigue and physical capacity innon-anemic iron-deficient adults: A systematic review of randomised controlled trials. Brett L Houston, Daryl Hurrie, Jeff Graham, Brittany Perija, Emily Rimmer, Rasheda Rabbani, Charles N Bernstein, Alexis F Turgeon, Dean A Fergusson, Donald S Houston, Ahmed M Abou-Setta, Ryan Zarychanski. British Medical Journal Open 2018,8,e019240.

(6) Is iron treatment beneficial in, iron-deficient but non-anemic (IDNA) endurance athletes? A systematic review and meta-analysis. Richard J Burden, Katie Morton, Toby Richards, Gregory P Whyte, Charles R Pedlar. British Journal of Sports Medicine 2015,49, 1389–1397

(7) Effect of iron supplementation on fatigue in nonanemic menstruating women with low ferritin: a randomized controlled trial Paul Vaucher, Pierre-Louis Druais, Sophie Waldvogel and Bernard Favrat Canadian Medical Association Journal August 07, 2012 184 (11) 1247-1254

(8) Iron Supplementation Benefits Physical Performance in Women of Reproductive Age: A Systematic Review and Meta-Analysis Sant-Rayn Pasricha, Michael Low, Jane Thompson, Ann Farrell, Luz-Maria De-Regil The Journal of Nutrition, Volume 144, Issue 6, June 2014, Pages 906–914

(9) Vitamins and Minerals for Energy, Fatigue andCognition: A Narrative Review of the Biochemicaland Clinical Evidence  Anne-Laure Tardy1, Etienne Pouteau, Daniel Marquez, Cansu Yilmaz and Andrew Scholey

Nutrients 2020,12, 228

Partagez vos amis

Gilles Badot

Scientifique de formation (Pharmacologie clinique, Métabolisme des médicaments et Nutrition), j'ai été, pendant 18 ans, Directeur de l'information scientifique et de la Recherche Clinique des Laboratoires GENEVRIER et j'ai occupé, de janvier 2016 à octobre 2018, la fonction de Président du groupe « acides hyaluroniques » du Syndicat National de l’Industrie des Technologies Médicales (SNITEM).

Un commentaire sur “Fer : retrouvez votre vitalité

  • woltmanngustavo@yahoo.com'
    4 avril 2021 at 0 h 10 min
    Permalink

    Super article, merci pour tous ces infos intéressant, à appliquer sans hésitation !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *