01 88 40 09 80 du lundi au vendredi de 9h30 à 12h30 et de 14h à 18h

Sauge

  • Sommaire

Très connue en tant qu’herbe aromatique, la sauge est loin de se cantonner à ses propriétés culinaires. Tonique, antiseptique, fébrifuge, astringente et antioxydantes, la sauge officinale revêt de nombreuses vertus médicinales. On vous dit tout sur celle que l’on nomme aussi « herbe sacrée ».

Origine

La sauge est une plante aromatique de la famille des Lamiaceae qui affectionne les régions ensoleillées et les sols secs des régions du pourtour méditerranéen. Ce petit arbrisseau est reconnaissable à sa longue tige duveteuse d’environ 80 cm, à ses feuilles gris-vert et ovales, et à ses petites fleurs violettes en épis.
Elle est utilisée pour ses propriétés médicinales depuis l’Antiquité et les Druides Gaulois s’en servaient entre autres pour favoriser la conception et faciliter l’accouchement. C’est au XIIIe siècle qu’elle est baptisée, sauge, nom venant du latin Salvia, dérivé de salvere qui signifie « soigner ». Elle possède alors la réputation de préserver la santé et de prolonger la vie et est à l’origine des dictons « Pour quelle raison un homme devrait-il mourir alors que de la sauge pousse dans son jardin ? » ou encore « Qui a de la sauge dans son jardin, n’a pas besoin de médecin ! ».
Au début du XVIe siècle, François 1er ordonna à des moines de développer l’eau d’arquebusier, un remède pour soigner les blessures causées par de l’arquebuse, à partir de plusieurs plantes dont la sauge.
Au siècle suivant, elle entre dans la composition du « vinaigre des quatre voleurs » censé protéger de la peste, et Louis XIV - qui vécut particulièrement longtemps pour son époque (77 ans !) - buvait chaque matin une décoction de sauge.
Au XVIIIè siècle, les feuilles de sauge séchées étaient fumées comme du tabac pour lutter contre l’asthme.
Aujourd’hui, la sauge officinale est principalement utilisée pour soulager les maux de ventre, les digestions difficiles ou encore pour atténuer les bouffées de chaleurs et sueurs nocturnes durant la ménopause.

Composition

Sa valeur nutritionnelle est à l’image de celle de toutes les plantes aromatiques : pauvre en calories et riche en éléments nutritifs.
Côté vitamines, la sauge est riche en vitamine K, en vitamine B9 (les folates) et en bêta carotène (provitamine A). Côté minéraux, elle se démarque pour ses teneurs en fer, en calcium, en magnésium et en potassium. Enfin, la sauge est très bien pourvue en précieux antioxydants.
Si ces teneurs sont intéressantes, elles sont cependant à ramener aux quantités de sauge consommées en cuisine, donc assez faibles. Une consommation régulière peut néanmoins palier des apports globalement insuffisants en minéraux, vitamines et antioxydants.

Mais, les qualités médicinales de la sauge sont surtout liées à sa teneur en principes actifs. On y trouve ainsi : une huile essentielle composée à plus de la moitié de Thuyone (molécule présente dans l’absinthe) ainsi que de camphre, des diterpènes et des triterpènes, des tanins, des œstrogènes et des acides phénoliques (acide chlorogénique, acide rosmarinique).

Bienfaits et vertus

Les bienfaits et vertus de la sauge

Hypolipémiante

L’effet hypocholestérolémiant et hypo-triglycéridémiant de la feuille de sauge viendrait de l’acide carnosique qu’elle contient. Une étude de 2011 menée sur 67 patients hyperlipidémiques1 a observé une diminution de leur LDL cholestérol (le « mauvais ») de leurs triglycérides sanguins et de leur cholestérol total, avec une légère augmentation du HDL cholestérol (« bon » cholestérol), sans qu’aucun effet secondaire n’ait été signalé. L’étude a conclu « la sauge pourrait être efficace et sans danger dans le traitement de l'hyperlipidémie. »

Régulation de la glycémie

La sauge pourrait être efficace pour les personnes diabétiques et pré-diabétiques.
D’après une étude iranienne de 20132 effectuée sur des patients diabétiques de type 2 présentant une hyperlipidémie associée, la sauge a diminué leur glycémie sanguine à jeun ainsi que leur hémoglobine glycquée.

Amélioration des symptômes de la ménopause

Traditionnellement utilisée pour traiter les transpirations excessives, les extraits de sauge diminueraient également la fréquence et l’intensité des bouffées de chaleurs ressenties par les femmes pendant la ménopause. Les phyto-œstrogènes contenus dans l’extrait de sauge seraient à l’origine de cet effet.
Une étude Suisse menée en 20113 sur 72 femmes ménopausées depuis moins de 12 mois, est arrivée à la conclusion suivante « Une préparation de sauge fraîche a démontré une valeur clinique dans le traitement des bouffées de chaleur et des symptômes associés à la ménopause. »

Aide à la digestion

Les feuilles de sauge exercent un effet tonique qui facilite la digestion, aide à soulager les crampes, les brûlures d’estomac et les ballonnements. Cette action digestive serait en partie liée aux flavonoïdes et aux essences contenues dans les feuilles.
L’EMA (Agence Européenne du Médicament) considère comme « traditionnel » l’usage de la sauge officinale « dans le traitement symptomatique des petits troubles digestifs » et la Commission E reconnait son usage en interne « contre les digestions difficiles ».

Prévention de la maladie d’Alzheimer

La sauge a fait l’objet de recherches sur la maladie d’Alzheimer. Une étude menée à Téhéran en 20034 sur un groupe de patients atteints de la maladie d’Alzheimer traités pendant 4 mois aux extraits de sauge, a montré une « efficacité de l'extrait de S. officinalis dans la gestion de la maladie d'Alzheimer légère à modérée ».

Traitement des gingivites et pharyngites

Antiseptique, bactéricide et calmante, la sauge peut également être utilisée en externe pour traiter les inflammations de la bouche ou de la gorge. Deux études datant de 20065 et de 20096 ont ainsi révélé la bonne efficacité d’un spray à la sauge pour soulager les douleurs de pharyngite et les maux de gorge aigus.
L’EMA, la Commission E et l’ESCOP (La Coordination scientifique européenne en phytothérapie) reconnaissent tous les trois l’usage de la sauge dans le traitement des inflammations de la bouche et de la gorge.

Posologie

En interne :

La sauge peut être utilisée en infusion : il est alors recommandé de faire infuser 1 à 3 g de feuilles séchées dans une tasse d’eau bouillante pendant 10 minutes, et de boire 3 tasses par jour.

  • En teinture : prendre 25 gouttes 3 fois par jour
  • En extraits liquides : prendre 1 à 3 ml, trois fois par jour
  • En extraits secs : prendre 150 à 350 mg, trois fois par jour.

En externe :

Faire un gargarisme d’infusion de sauge (3 g de feuilles pour 250 ml d’eau).
L’EMA recommande de ne pas dépasser deux semaines de traitement en interne et une semaine en externe.

Effets secondaires et contre-indications

Les effets secondaires de la sauge sont très rares quand les doses sont respectées. Rarement, nausées et vomissements ont été rapportés chez certaines personnes.
En revanche, en cas de surdosage les symptômes suivants peuvent être ressentis : vertiges, confusion, bouffées de chaleur …

L’huile essentielle de sauge, en raison de sa teneur en thuyione (neurotoxique et abortive), est contre-indiquée chez les femmes enceintes et allaitantes, et pour les personnes souffrant d’épilepsie.

Références

1. S. Kianbakht, B. Abasi, M. Perham, F. Hashem Dabaghian Antihyperlipidemic effects of Salvia officinalis L. leaf extract in patients with hyperlipidemia: a randomized double-blind placebo-controlled clinical trial Phytother Res, 25 (2011), pp. 1849-1853
2. Kianbakht, S. Dabaghian, F. H. Improved glycemic control and lipid profile in hyperlipidemic type 2 diabetic patients consuming Salvia officinalis L. leaf extract: a randomized placebo. Controlled clinical trial Complement Ther Med, 21(5) (2013): 441-446.
3. Bommer S, Klein P, Suter A. First time proof of sage's tolerability and efficacy in menopausal women with hot flushes. Adv Ther. 2011 Jun;28(6):490-500. doi: 10.1007/s12325-011-0027-z. Epub 2011 May 16.
4. Akhondzadeh S, Noroozian M, et al. Salvia officinalis extract in the treatment of patients with mild to moderate Alzheimer's disease: a double blind, randomized and placebo-controlled trial. J Clin Pharm Ther. 2003 Feb;28(1):53-9.
5. Hubbert M, Sievers H, et al. Efficacy and tolerability of a spray with Salvia officinalis in the treatment of acute pharyngitis - a randomised, double-blind, placebo-controlled study with adaptive design and interim analysis. Eur J Med Res. 2006 Jan 31;11(1):20-6.
6. Echinacea/sage or chlorhexidine/lidocaine for treating acute sore throats: a randomized double-blind trial. Schapowal A, Berger D, et al. Eur J Med Res. 2009 Sep 1;14(9):406-12.

Lise Lafaurie - Diététicienne et nutritionniste

Lise Lafaurie

Diététicienne et nutritionniste, bonne vivante et décomplexante j'ai pour vocation de dépoussiérer la vision austère et vieillotte de la diététique traditionnelle. Auteur du blog Les Frites Vertes, la devise qui m'est chère "si c'est bon pour mes papilles, c'est bon pour mon corps".