Gingembre

Ce curieux rhizome à la forme biscornue originaire d’Inde est utilisé en tant que plante médicinale depuis des millénaires. Pleins feux sur les mille et une vertus qui font du gingembre un des plus étonnants super-aliments …

Origine

Le gingembre est une plante vivace de la famille des zingiberaceae, issue d’un rhizome et cousin du curcuma. Cultivé dans les zones tropicales et ensoleillées, on trouve le gingembre principalement en Asie, en particulier en Inde, au Népal et en Chine. Si les premières traces écrites mentionnant le gingembre datent de 3500 ans, il semblerait qu’il soit utilisé depuis près de 5000 ans pour ses qualités thérapeutiques.
Le Grec Dioscoride et le Romain Pline l’Ancien, parlent déjà du gingembre dans leurs écrits médicaux au 1er siècle après JC, comme purifiant, carminatif et antidote contre les poisons.
Ses vertus aphrodisiaques sont vantées aux quatre coins du monde du Maghreb au Senegal en passant par la Malaisie. En France, au Moyen-Age, il est considéré comme une plante magique pour le tonus sexuel et au XVIIIè siècle, Mme Du Barry en offrait même à ses amants.
C’est le gingerol, dont il est fortement pourvu qui confère au gingembre cette odeur qui lui est propre et ce goût épicé. Le gingembre est également une épice très utilisé en cuisine japonaise (mariné dans le vinaigre de riz pour accompagner le poisson cru), indienne (pour préparer le masala et le vindaloo), chinoise (pour accommoder poissons et fruits de mer dont il masque la forte odeur), française (pour fabriquer le pain d’épices), thaïlandaise et coréenne (pour aromatiser le thé).

Atouts nutritionnels

Le gingembre est un rhizome (racine souterraine) et comme tous les rhizomes, il est très riche en amidon (60% soit 3 à 4 fois plus que la pomme de terre). Il contient également 10% de lipides (graisses), de l’huile essentielle et une résine (oléorésine). Les constituants majeurs de l’oléorésine, qui contribuent à la sensation de chaleur ressentie lors de sa consommation, sont le gingerol (qui se dégrade en zingérone), le paradol et le shogaol, trois constituants phénoliques au goût piquant.
Le gingembre est par ailleurs l’un des aliments les plus riches en antioxydants puisqu’il en contiendrait une quarantaine. Certains d’entre eux seraient libérés sous l’action de la chaleur, ce qui le rend encore plus efficace lorsqu’il est cuisiné.
Le gingembre contient enfin plusieurs vitamines (B1, B2, B3 et C) et est une excellente source de manganèse et de cuivre.

Bienfaits et vertus

Les vertus thérapeutique du gingembre sont nombreuses et variées, à l’image de sa riche composition nutritionnelle :

Soulage les troubles digestifs

C’est le gingérol et le shogaol contenus dans le gingembre qui lui confèreraient ses propriétés antiémétiques (agissant contre les nausées et vomissements) en réduisant les mouvements de l’estomac. Sa consommation permet donc de soulager les symptômes du mal de transport, de prévenir les nausées et vomissements consécutifs à un acte chirurgical ou encore pour limiter les nausées durant la grossesse. Ces effets ont été confirmés par plusieurs études, qui ont comparées les effets du gingembre en poudre à un placébo.
Le gingembre serait également efficace pour stimuler la sécrétion de bile ainsi que celle de différentes enzymes digestives, facilitant la digestion des repas lourds et riches.

Efficace en prévention et le traitement de certains cancer

Et c’est encore le gingérol qui serait responsable de l’effet anti-cancer du gingembre. Une étude américaine présentée lors d’un congrès de l'American Association for Cancer Research en 20111 démontre notamment que le gingérol, grâce à ses propriétés anti-inflammatoires, aide à réduire l’inflammation du colon, réduisant en même temps les risques de cancer du colon.
Le gingembre aurait également une action efficace dans le traitement des cancers ovariens et des tumeurs pancréatiques.

Anti-inflammatoire

De nouveau, ce sont les composés phénoliques (gingérol, shogaol et paradol) contenus dans la résine de gingembre qui sont responsables de ses propriétés anti-inflammatoires.
La consommation régulière de gingembre serait ainsi très efficace pour soulager les douleurs liées à l’arthrite ou aux rhumatismes inflammatoires.

Régule la glycémie

Une récente étude2 montre l’effet bénéfique sur la glycémie sanguine et l’hémoglobine glycquée (marqueurs du diabète de type 2) de la consommation de gingembre quotidienne (3 g de poudre) pendant 8 semaines chez des personnes diabétiques. L’explication? Le gingembre augmenterait l’absorption du glucose par les cellules musculaires et régulerait ainsi la glycémie sanguine.

Un effet aphrodisiaque ?

Si c’est ce qui fait la réputation du gingembre depuis des millénaires, l’effet aphrodisiaque dont il serait responsable n’est pour l’instant démontré par aucune étude scientifique.
Cette renommée viendrait de la sensation de chaleur et de bien-être qui résultent de sa consommation, liés à un léger effet stimulant de la circulation sanguine. De là à prétendre qu’il stimule le désir sexuel, il n’y a qu’un pas … que nous ne franchirons pas !

Posologie

Le gingembre peut-être utilisé sous différentes formes et de différentes façons. En interne, on le consomme en tisane, frais râpé, en teinture mère ou en poudre, et en externe sous forme d’huile essentielle ou de teinture mère, en friction ou en cataplasme.
La posologie recommandée pour une action efficace va de 500 mg à 1500 mg par jour de poudre, ou l’équivalent en gingembre frais, soit environ 10 g à 12 g, en tranche ou râpé.

Effets secondaires et contre-indications

Le gingembre appartient à la liste des aliments « généralement reconnus comme sûrs » par la Food and Drugs Administration. Consommé dans des quantités raisonnables (2 g maximum par jour sec), sa consommation ne provoque pas d’effets indésirables. En cas de surdosage, il est possible de ressentir des brulures d’estomac, des gaz, des ballonnements, une diarrhée ou des menstruations importantes pour les femmes.
Il existe de rares cas d’allergies au gingembre, qui se manifestent alors par une éruption cutanée.

La consommation de gingembre est contre-indiquée avant une opération, du fait de ses propriétés anticoagulantes. Les seules interactions avec d’autres médicaments viendraient également de ces propriétés anticoagulantes, il est donc préférable de prendre un avis médical en cas de maladie liée au sang (coeur, calculs biliaires, diabète) avant d’entreprendre une cure de gingembre.

Références

1. Zick SM, Turgeon K, Vareed SK, et al. Phase II Study of the Effects of ginger Root Extract on Eicosanoids in Colon Mucosa in People at Normal Risk for colorectal cancer. Cancer Prev Res, Octobre 11, 2011.
2. Mozaffari-Khosravi H1, Talaei B2, Jalali BA3, Najarzadeh A2, Mozayan MR4 The effect of ginger powder supplementation on insulin resistance and glycemic indices in patients with type 2 diabetes: a randomized, double-blind, placebo-controlled trial. Complement Ther Med. 2014 Feb;22(1):9-16.

Lise Lafaurie - Diététicienne et nutritionniste

Lise Lafaurie

Diététicienne et nutritionniste, bonne vivante et décomplexante j'ai pour vocation de dépoussiérer la vision austère et vieillotte de la diététique traditionnelle. Auteur du blog Les Frites Vertes, la devise qui m'est chère "si c'est bon pour mes papilles, c'est bon pour mon corps".